topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Des allusions au génocide de part et d'autre échauffent les esprits Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

ICI.Radio-Canada, 9 décembre 2015

Burundi : une crise politique sur fond de tensions ethniques

Ce pays voisin du Rwanda est secoué par des manifestations et des assassinats politiques depuis le printemps. Des allusions au génocide de part et d'autre échauffent les esprits.

L'auteure Pascasie Minani, la chercheuse Katrin Wittig et le ressortissant d'origine burundaise Amilcar Ryumeko expliquent à Catherine Perrin les enjeux d'une crise politique en voie de déraper. 

La crise a débuté lors de l'annonce du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, alors que la constitution du Burundi interdit qu'un dirigeant en exerce plus de deux. Il a été réélu en juillet, mais la crise se poursuit. On dénombre plus de 200 morts et 200 000 exilés. 

Frustrations accumulées 

« La crise est fondamentalement politique », précise Katrin Wittig. Doctorante en sciences politiques à l'Université de Montréal, elle étudie les questions liées aux processus de paix et à la promotion du développement et de la démocratie dans les pays affectés par la guerre. « On a vraiment vu dans les rues les Hutus, les Tutsis et les Batwas manifester ensemble. J'ai eu la chance de discuter avec ces manifestants et j'ai été impressionnée par le fait que le troisième mandat était un prétexte pour les manifestants. Leurs revendications allaient beaucoup plus loin. Il s'agit de frustrations accumulées pendant 10 ans de régime. Ils ont cité des scandales de corruption, des exécutions extrajudiciaires... On voit que les deux camps, que ce soit l'opposition ou le gouvernement, essaient d'instrumentaliser la question ethnique, qui reste très sensible dans cette région et dans ce pays. » 

Risquer le pire 

Selon Amilcar Ryumeko, le respect absolu de la constitution est crucial, puisque garant de démocratie dans ce pays qui porte encore les marques de la guerre civile. Il s'inquiète des avertissements formulés par des hauts fonctionnaires des Nations unies suite à des propos du président du sénat burundais, lesquels évoquaient le génocide de 1994 : « Pas plus tard qu'hier, le conseiller spécial pour la prévention du génocide des Nations unies [Adam Dieng] a mentionné que si on ne fait pas attention à ce qui se passe au Burundi, on risque le pire. Le 9 novembre dernier, ce même conseiller, ainsi que le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme [Zeid Ra'ad Zeid Al-Hussein] et le secrétaire général adjoint aux affaires politiques [Jeffrey D. Feltman] ont tous déclaré que si on ne fait pas attention, le Burundi est en train de tomber dans l'abîme. » 

Références inappropriées 

Doctorante en sciences politiques à l'Université d'Ottawa et auteure du livre Femmes en politique au Burundi : leur nombre, leur influence, Pascasie Minani estime que la constitution burundaise permettait tout à fait au résident Nkurunziza de briguer un troisième mandat. Elle dénonce par ailleurs les mises en garde contre un éventuel génocide. « Ces gens sont sous l'influence de la Belgique et de la France, et ces deux pays ont leurs intérêts économiques à défendre au Burundi », affirme-t-elle, ajoutant que les parts égales de Hutus et de Tutsis dans l'armée et dans la police protègent le Burundi contre les dérives. « On peut choisir de traduire ou d'interpréter un mot prononcé par une autorité parce qu'on est contre, pour diaboliser cette autorité, mais je ne comprends pas comment quelqu'un qui est éduqué peut utiliser le mot « génocide » dans un contexte burundais. »

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher