topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Ce qui se passe au Burundi a tout de la catastrophe annoncée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Analyses

Le Nouvel Observateur, 18-12-2015

Un bain de sang s'annonce au Burundi. Il faut l'empêcher

Au Burundi, les violences sont liées à la décision du président Nkurunziza de se faire élire pour un troisième mandat. Depuis, ce chef d’Etat contesté s’est lancé dans une chasse aux sorcières.

A chaque crise majeure succède un serment collectif de "plus jamais ça"… Jusqu’à la crise suivante. Ce qui se passe au Burundi, ancienne colonie belge au cœur de l’Afrique orientale, a tout de la catastrophe annoncée, que nul ne semble en mesure d’éviter ; ni les Burundais eux-mêmes, pris dans l’engrenage de la violence, ni surtout l’Afrique malgré ses promesses de sécurité collective. Quant au reste du monde, il ne sait déjà pas comment faire face depuis bientôt cinq ans au conflit syrien et à ses métastases terroristes, alors le Burundi…

Vendredi 11 décembre, des dizaines de jeunes hommes de Bujumbura, la capitale burundaise, ont été tués, souvent à bout portant, le visage éclaté par les balles d’armes automatiques de militaires. Au total, on a dénombré 90 victimes, presque autant que le total accumulé en quelques mois de crise et de violence sporadique. L’armée affirme avoir déjoué une attaque de "rebelles", mais les témoins parlent de jeunes gens pris chez eux et sommairement exécutés.

Il y a de quoi s’inquiéter. Le Burundi a connu une sanglante guerre civile entre 1993 et 2005, qui a fait quelque 300.000 morts ; il est situé au cœur d’une région ayant connu le génocide rwandais de 1994 qui a fait, selon l’ONU, 800.000 victimes ; et il a pour autre voisin la République démocratique du Congo (RDC) et ses guerres endémiques. Ces nouvelles violences sont liées à la décision du président, Pierre Nkurunziza, de se représenter pour un troisième mandat en juillet 2015, alors que la Constitution le limitait à deux.

La vive réaction de l’opposition n’a pas empêché la réélection de ce chef d’Etat contesté, qui s’est lancé, depuis, dans une véritable chasse aux sorcières. Un exemple, le journaliste Esdras Ndikumana, correspondant de l’AFP et de RFI à Bujumbura, auquel l’Association de la Presse diplomatique française vient de décerner son prix 2015 : en août dernier, il a été torturé par des militaires et contraint de se réfugier au Kenya, comme 80% des journalistes burundais, selon lui.

Des solutions africaines demandées 

Depuis des mois, des voix s’élèvent pour sonner l’alarme. En novembre, l’International Crisis Group (ICG), un influent think tank, estimait que "la détérioration de la situation au Burundi est la parfaite illustration de bien des maux de l’Afrique aujourd’hui, avec des présidents recherchant l’impunité et le pouvoir par le biais de mandats supplémentaires douteux, des régimes autoritaires qui étouffent l’opposition et les médias indépendants, des rivalités régionales qui freinent les efforts de paix, et des puissances extérieures incapables ou manquant de volonté d’agir".

L’ICG appelait l’Afrique à agir au plus vite pour empêcher la descente aux enfers du Burundi, au potentiel de violence politique et interethnique semblable à celui du Rwanda des années 1990. L’Afrique réclame depuis longtemps des solutions africaines à ses problèmes, plutôt que des interventions extérieures à l’efficacité douteuse, et pleines d’arrière-pensées.

Mais les institutions du continent sont loin de pouvoir agir efficacement. Et il manque à l’Afrique des personnalités de la stature de Nelson Mandela ou de l’ancien président tanzanien Julius Nyerere, qui avaient parrainé le processus d’Arusha ayant mis fin à la guerre civile au Burundi en 2005. Pourtant des contre-exemples existent sur le continent, comme le Burkina Faso qui vient de réussir son processus démocratique malgré une tentative de coup de force. Raison de plus pour aider le Burundi à éviter le bain de sang.

Par Pierre Haski

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher