topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Durant les mois de juillet et août 2019, ARIB.INFO se met en mode vacances ! Des articles seront régulièrement postés sur le Site Web mais le traitement des informations sera ralenti. Le rythme habituel reprendra en septembre. [La Rédaction] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Beate Klarsfeld revient sur son voyage en janvier au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Le Monde, 16.03.2016

Beate Klarsfeld : « Au Burundi, le risque de génocide n’est pas à exclure »

 Avec son mari Serge, Beate Klarsfeld, âgée de 77 ans, a consacré toute sa vie à traquer les criminels nazis et ceux qui ont organisé et planifié Auschwitz. En janvier, elle s’est rendue pendant une semaine au Burundi et a lancé « un appel angoissé au respect de la vie humaine ».

Pour quelles raisons êtes-vous allée au Burundi ?

Quand j’ai vu ce qui se passait là-bas depuis plusieurs mois, quand j’ai regardé ces photos qui montraient tant d’horreurs, de tueries, je me suis dit que, en tant que membre de l’Unesco pour l’enseignement de l’Holocauste et la prévention du génocide, je me devais d’aller sur place. J’ai estimé que c’était mon rôle et que je devais agir. Comme je savais qu’on ne me donnerait pas de visa diplomatique, j’ai demandé un visa touristique et je l’ai obtenu.

A Bujumbura, j’ai évidemment rencontré des officiels, mais aussi des responsables d’associations, des journalistes qui sont empêchés de travailler… Les membres du gouvernement étaient d’abord outrés que je sois entrée dans le pays avec un visa touristique, puis ils m’ont chanté le même refrain : « Le président est innocent et c’est l’opposition qui est responsable des massacres. » Nous sommes dans un déni complet, un dialogue de sourds.

Que retenez-vous de ce voyage ?

Dans la capitale, j’ai d’abord vu cette misère, ces enfants qui mendient. Mais j’ai également croisé des véhicules chargés de miliciens qui patrouillent en chemise bleue, les armes à la main. Certains étaient jeunes, très jeunes, même. D’autres sans uniforme. Ils le font probablement parce que le président les paie pour cela.

Un soir avec l’ambassadeur allemand, nous sommes allés dîner sur les hauteurs de la ville. Au cours du repas, le propriétaire est venu nous confier que l’enfant de sa sœur avait disparu, qu’il n’était pas rentré chez lui. Heureusement, il est revenu plus tard, mais beaucoup n’ont pas cette chance et ne réapparaissent jamais, surtout les jeunes.

Après ma venue, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Ban Ki-moon, s’est rendu au Burundi. L’ONU peut agir, beaucoup plus que les pays africains voisins qui ont leurs propres problèmes à gérer. De toute façon, quand l’Union africaine a dit qu’elle comptait intervenir, le pouvoir burundais a répondu qu’il ne la laisserait pas faire.

Avez-vous rencontré Pierre Nkurunziza, le président ?

Non, mais j’ai vu quelqu’un du ministère de l’éducation nationale, une jeune femme très ouverte, d’ailleurs, et un adjoint à la présidence. Ils disent tous la même chose : « Nous ne sommes pas responsables… » Certaines personnes qui étaient dans l’entourage présidentiel et qui l’ont critiqué, ont été mises à la porte puis menacées. Elles ont fui vers le Rwanda, la Belgique. Le président vit avec une petite équipe resserrée qui le suit aveuglément. Ils sont en vase clos et n’acceptent aucune contestation.

Un génocide est-il à craindre au Burundi ?

Nous sommes aujourd’hui dans une situation de tuerie aveugle qui peut devenir une catastrophe humanitaire. Les Tutsi sont en première ligne, mais on ne peut pas comparer la situation avec le Rwanda de 1994. L’origine du problème est ici liée à la décision du président de faire un troisième mandat.

Mais il est clair que si l’opposition parvient à s’armer, la situation peut dégénérer en guerre civile et le risque de génocide n’est alors pas à exclure. Ce qui est certain, c’est que le président ne bougera pas. Il ne fera aucune, aucune concession. Comment aider ce pays ? Comment s’approcher de cette jeunesse pour l’aider et la protéger ? Il y a très peu d’écoles sur place.

Envisagez-vous d’y retourner ?

J’aimerais bien, dans le cadre d’une autre mission. Si j’ai une possibilité, je n’hésiterai pas, d’autant plus que je l’ai promis. Mais si j’y retourne avec un visa de tourisme, ils ne me laisseront cette fois pas entrer.

Vous avez consacré votre vie à traquer les criminels nazis et menez maintenant d’autres combats. Où trouvez-vous vous la force de lutter, de dénoncer ?

Si vous regardez le danger, vous n’agissez jamais. On a des tâches à remplir dans sa vie et il faut les remplir. Je me devais de partir pour les enfants du Burundi qui n’ont aujourd’hui plus aucun avenir. Je trouve que cette situation est atroce.

Propos recueillis par Pierre Lepidi

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher