topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : ces aveux télévisés qui tombent à point nommé pour le pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

RFI, 21-03-2016

 C'est à la mode depuis quelque temps au Burundi où les médias indépendants ont été réduits au silence : le pouvoir présente sur les médias publics des membres de mouvements rebelles naissants qui se seraient rendus et qui avouent tout un tas de choses.

La séquence télé de samedi était très attendue, car la police avait promis des aveux fracassants de la part de « criminels terroristes » repentis, le nom que les autorités donnent officiellement aux opposants armés ou non qui combattent le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. [Le site de la RTNB a mis en ligne la vidéo des «aveux» du meurtre des trois soeurs dans le quartier de Kamenge en septembre 2014].

Pendant 30 minutes, deux nouveaux repentis ont avoué avoir participé à de nombreux crimes dont certains étaient attribués par l'opinion à des services publics, ce qui les blanchit comme par miracle, malgré de nombreuses incohérences..

Le premier a prendre la parole dit s'appeler Clovis. L'incendie d'un supermarché chinois, le T2000, en septembre 2015 ? C'était lui, avec trois autres personnes, tous envoyés par l'opposant Alexis Sinduhije, la bête noire du pouvoir burundais. Le procureur avait pourtant conclu qu'il s'agissait d'un accident.

L'assassinat de trois vieilles religieuses italiennes dans le quartier de Kamenge dans le nord-est de la capitale en 2014 et que la police burundaise avait attribué à un déséquilibré, sans convaincre ? Toujours lui et toujours à quatre, assure Clovis, qui met en cause encore une nouvelle fois Alexis Sinduhije, dans ce crime qui avait bouleversé le monde.

Enfin, il a donné sa version des conditions dans lesquelles trois journalistes, « des Blancs » dit-il, avaient filmé les premiers des rebelles burundais dans un quartier de Bujumbura en novembre 2015. Parmi les trois, deux journalistes du Monde qui n'étaient pas du tout au Burundi à l'époque.

Viols simulés

Le second repenti, lui, s'est concentré essentiellement sur les nombreux cas de viol dont sont accusées l'armée et la police du Burundi.

Il jure que les accusations de Human Rights Watch sont basées sur des séances de viol simulées, de quoi surprendre car l'organisation américaine se base dans ses rapports « uniquement » sur des témoignages de victimes. De plus, l'ONG n'a pas publié ou porté d'accusations sur des cas de viols au Burundi ces derniers mois. Il s'agit plutôt d'un rapport du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme.

Ces aveux passés à la télévision nationale samedi soir ont en tout cas suscité des débats enflammés sur les réseaux sociaux. Les tenants du pouvoir exultent et parlent d'un quasi « complot mondial », et les opposants eux se moquent d' « un tissu de mensonge incohérent ».

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher