topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le gouvernement du Burundi poursuit sa chasse aux opposants Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

La Croix, 10/05/2016

La Cour suprême a condamné à la prison à vie, 21 des 28 personnes qui comparaissaient devant elle pour leur implication dans le putsch de mai 2015. Les violences se poursuivent au Burundi.

Prison à vie pour 21 officiers de l’armée et de la police ayant participé à la tentative de coup d’État des 13 et 14 mai 2015, il y a presque un an jour pour jour. En prononçant cette peine à Gitega, lundi 9 mai, la Cour suprême du Burundi s’est montrée plus sévère qu’en première instance. Elle a même condamné des prévenus qui avaient été relaxés lors du premier jugement.

Une sentence plus lourde

La Cour suprême n’a pas fait beaucoup de détails. Le 15 janvier, en première instance, seuls quatre généraux avaient été condamnés à de la perpétuité. Neuf officiers avaient été condamnés à 30 ans de prison et huit hommes de troupe à cinq ans. Et elle avait tout de même acquitté sept prévenus.

Peine perdue. La Cour suprême a eu la main plus lourde. Parmi les 21 personnes qu’elle a condamnées à la prison à vie, on trouve la majorité des officiers condamnés à 30 ans de prison ainsi que des prévenus relaxés en Première instance. Parmi ces derniers, le colonel à la retraite, Jean-Bosco Daradangwa. Il a été sanctionné pour un mail échangé avec les putschistes alors qu’il était responsable de la sécurité d’une compagnie aérienne. Le général Ngowenubusa, acquitté en Première instance, s’est vu lui aussi condamné à la perpétuité.

En Première instance, la cour ne s’était pas prononcée sur le montant des dommages et intérêts à verser aux parties civiles. Cette fois, les condamnés sont aussi condamnés à verser plus de 6 milliards de francs burundais, l’équivalent de 3,4 millions d’euros, de dommages et intérêts.

Des prévenus sans avocats

Les quatre généraux condamnés en Première instance à la perpétuité, n’ont pas eu le droit de comparaître devant la Cour suprême avec leurs avocats. Il s’agit des généraux Cyrille Ndayirukiye, ancien ministre de la Défense et numéro 2 des mutins, Herménégilde Nimenya, Zénon Ndabaneze et Juvénal Niyungeko, qualifiés par la Cour de « planificateurs de la tentative de coup d’État ».

Ils étaient tous les quatre membres du Comité de restauration de la concorde nationale (CRCN), mis en place par le général Godefroid Nyombare, le chef des putschistes, actuellement en fuite, en annonçant la destitution du président Pierre Nkurunziza le 13 mai.

Pour le régime, les acteurs du putsch manqué du 13 et 14 mai 2015 ne sont pas seulement des militaires et des policiers. Il l’a lancé une vingtaine de mandats d’arrêts internationaux contre des membres de l’opposition, des figures de la société civile et des responsables des médias.

Les violences se poursuivent

Les agents de la répression d’État poursuivent leur chasse aux opposants et aux anciens manifestants. Des contrôles musclés, des arrestations, des tortures et des disparitions sont toujours signalés par les agents des organisations de défenses des droits de l’homme qui agissent clandestinement à Bujumbura. À cela s’ajoutent des attaques à la grenade.

Depuis vendredi 6 mai, au moins trois personnes ont été tuées et une vingtaine blessée par plusieurs attaques à la grenade dans la capitale burundaise.

Depuis un an, la crise burundaise a tué entre 500 et 1 000 personnes, selon les sources. Et 270 000 Burundais ont trouvé refuge à l’extérieur du Burundi pour échapper à ce cycle de violence.

LAURENT LARCHER

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher