topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : mise en garde contre la "mauvaise" utilisation des pesticides Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 14/10/2016 – Source Xinhua

La "mauvaise" utilisation des pesticides constitue un danger pouvant entraîner des "problèmes sanitaires couronnés de décès" au Burundi, a mis en garde vendredi soir à Bujumbura Noël Nkurunziza, président de l'Association Burundaise des Consommateurs (ABUCO, organisation burundaise de la société civile).

M. Nkurunziza, qui s'entretenait avec Xinhua en marge d'une cérémonie de lancement d'une campagne de sensibilisation sur le danger que représente la mauvaise utilisation du PAN (Pesticide Action Network), un des principaux pesticides dangereux figurant sur la liste des pesticides consommés par la population burundaise.

"L'utilisation généralisée des pesticides entraine des problèmes de santé et des décès souvent en raison d'une exposition sur le lieu de travail ou d'une intoxication accidentelle ou intentionnelle", a-t-il averti.

Citant une étude commanditée par l'ABUCO, M. Nkurunziza a laissé entendre que des pesticides se retrouvant sur le PAN, à l'instar du bromure de méthyle, sont importés au Burundi et enregistrés dans les importations par les services de l' Office Burundais des recettes (OBR).

De même, a-t-il déploré, les composés du mercure, du mirex et de l'endrine figurent sur le PAN ; mais ne sont pas interdits d'importation au Burundi.

M. Jean Niyongabo, expert sur la problématique de gestion des pesticides au Burundi, a révélé que ses investigations ont permis de se rendre compte que certains pesticides interdits d'importation par le comité d'homologation des pesticides au Burundi, restent en revanche toujours accessibles au marché burundais.

Il a cité notamment les pesticides Durban, Endosulfan, Benomyl et Thuram.

L'expert Niyongabo a dénoncé la poursuite de la "vente en cachette" et l'utilisation du pesticide DDT, malgré l'interdiction d'utilisation au Burundi qui le frappe depuis quelques années.

Pour lui, même si les fonctionnaires du département de protection des végétaux relevant du ministère burundais de l'Agriculture justifient la présence du DDT sur le marché local par le fait que certaines sociétés agricoles en disposeraient encore dans leurs stocks avant que ce pesticide ne soit déclaré dangereux pour la santé humaine, force est de constater qu'actuellement, "elles ne savent pas comment se débarrasser de ces stocks de poison qu'elles ont enfermé dans leurs hangars".

Les sociétés en question, a-t-il illustré, sont la Compagnie de Gérance Cotonnière (COGERCO), l'Office du Thé du Burundi (OTB) et l'Office des Cafés du Burundi (OCIBU).

Les autorités burundaises, a-t-il plaidé, devraient "étudier les voies et moyens d'en finir avec ces stocks encombrants et dangereux qu'on ne peut ni brûler, ni enfuir dans le sol pour des raisons de contamination".

Les pesticides, même pour certains d'entre eux qui sont agrées, doivent être utilisés conformément aux normes environnementales, a-t-il recommandé en soulignant que c'est pour éviter l'acidification du sol, la destruction de la faune et de la flore ainsi que la pollution de l'air).

Par exemple, a-t-il illustré, le pesticide Ridomil, malgré son agrément, est "souvent mal utilisé par des agriculteurs qui le pulvérisent sur la tomate prête à être vendu" ; une pratique à décourager pour les consommateurs.

En effet, a-t-il expliqué, la poudre blanche du Ridomil une fois pulvérisée sur des tomates étalées au marché, "commence à tuer lentement parce qu'étant restée active et indissoluble dans l'eau.

Il a mis en garde également contre l'utilisation des objets ayant servi d'emballage des pesticides ou d'autres produits chimiques notamment des bouteilles, des bidons et des sacs collectés par ici par là pour être revendus et réutilisés comme des emballages.

Pour en finir avec cette problématique, l'expert Niyongabo a recommandé la mise en place d'un comité national pour homologuer la commercialisation et l'importation des pesticides au Burundi.

"De la sorte, il serait possible de mettre fin à l'actuelle anarchie en la matière à cause des défaillances récurrentes observées dans le contrôle ad hoc", a-t-il renchéri.

Car, a-t-il fait remarquer, les fraudes se faufilent dans ces défaillances observées au niveau du fonctionnement de la filière pesticide à tous les paliers du processus (importation, commercialisation, vente et consommation).

Pour lui, les autorités burundaises devraient revoir les moyens efficaces pour la récupération des pesticides déjà enterrés et les détruire d'une façon efficace et non dangereuse pour l'environnement, en s'appuyant sur une brigade de suivi de vente et de commercialisation des produits phytopharmaceutiques.

Face à la dangerosité des pesticides, il a recommandé également l'institutionnalisation d'une campagne d'inspection "minutieuse" des infrastructures de stockage des pesticides, tout en renforçant le dispositif législatif au plan répressif, en vue d'une application effective du principe du pollueur-payeur.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher