topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Une réforme fait craindre un nouveau tour de vis pour la presse burundaise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

RFI, 26 octobre 2016

Au Burundi, le président du Conseil national de la communication, l’organe chargé de la régulation des médias, annonce qu’une réforme de la loi régissant la presse est à l’étude. Une nouvelle qui suscite l’inquiétude, d’autant que les arrestations et disparitions de journalistes se poursuivent dans le pays et que les autorités viennent de prendre de nouvelles mesures restrictives contre la presse. Ce lundi, une émission de radio a été suspendue un mois pour avoir diffusé une chanson aux paroles engagées.

« Agateka Kabamenyesha-Makuru », « les droits des journalistes » en kirundi. C’est pour avoir diffusé cette chanson dénonçant les atteintes à la liberté de la presse qu’une émission participative est interdite d’antenne pendant un mois. La décision vient du Conseil national de la communication (CNC), dont le président est nommé par le chef de l’Etat.

Pour un mois également, la radio commerciale Buja FM est « mise en demeure », officiellement en raison d’un problème d’appellation. Mais, souligne un observateur, elle appartient à un groupe de presse rwandais. Cet été, l’un de ses journalistes a été détenu par le service national de renseignement et interrogé pendant une semaine sur ses liens avec le pays.

Suite à l’arrestation de deux journalistes ce week-end, le CNC rappelle qu’il est dorénavant obligatoire de s’enregistrer auprès de lui pour pouvoir travailler. Une nouvelle forme de contrôle, selon de nombreux confrères.

Ce n’est pas le seul sujet d’inquiétude : mardi, le président du CNC a annoncé que la loi sur les médias serait amendée prochainement.

En 2013, les journalistes s’étaient mobilisés contre une loi sur la presse jugée liberticide. Jusqu’à obtenir gain de cause. Mais après un an et demi de crise, la majorité a été contrainte à l’exil. Et l’Union des journalistes burundais vient d’être suspendue par le ministère de l’Intérieur.

Le président du CNC n’était pas joignable mardi pour répondre à nos questions.

L’Union burundaise des journalistes n’est pas la seule association à avoir été suspendue par le ministère burundais de l’Intérieur : SOS-torture Burundi, la Coalition burundaise pour la CPI, la Coalition de la société civile pour le monitoring électoral et enfin la ligue Iteka ont aussi fait l’objet d’une suspension. Cette dernière est l’organisation déférente de la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme. Une décision « inacceptable » selon la FIDH.

Selon le ministère de l’Intérieur, leurs activités sont de nature à « perturber l’ordre et la sûreté de l’Etat ». La semaine dernière, le ministère de l’Intérieur avait déjà radié cinq ONG de défense des droits de l'homme de la liste des associations sans but lucratif (ASBL).

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher