topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : le président Nkurunziza annonce qu'il pourrait se représenter en 2020 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 30/12/2016 - Source AFP

 Le président burundais Pierre Nkurunziza, dont la réélection en 2015 à un troisième mandat controversé a provoqué une grave crise politique dans son pays, a laissé entendre vendredi qu'il pourrait à nouveau se représenter en 2020, si "le peuple le demande".

"Comme nous sommes dans un pays régi par la loi et si le peuple dit qu'elle autorise quelqu'un à se représenter (à la magistrature suprême) sans violer la loi, si le peuple le demande, nous ne trahirons pas la confiance du pays, la confiance du peuple", a déclaré M. Nkurunziza, lors d'une séance de questions publiques à Rutana, dans le sud-est du Burundi.

"Le peuple peut décider chaque fois qu'il le désire (de réformer) la Constitution", a-t-il ajouté, suggérant ainsi qu'il était prêt à réviser l'actuelle Constitution, dont l'article 96 prévoit que le chef de l'État "est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois".

Des divergences sur l'interprétation de cet article sont à l'origine de la crise actuelle. M. Nkurunziza avait été élu une première fois par le Parlement en 2005, dans le cadre d'un mécanisme de sortie de guerre civile (1993-2006) prévu par l'accord d'Arusha (2000), puis une deuxième fois au suffrage universel en 2010.

Il considère donc que son premier mandat ne compte pas, ce qui l'a autorisé à se représenter fin avril 2015 à un troisième mandat, avant d'être réélu en juillet de la même année.

L'opposition, la société civile et une partie de son camp ont au contraire jugé ce troisième mandat contraire à la Constitution et à l'Accord d'Arusha, précipitant le pays dans une grave crise qui perdure.

Depuis avril 2015, les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 300.000 personnes à quitter le pays.

M. Nkurunziza a reconnu avoir promis à l'occasion de sa réélection de ne pas se représenter en 2020. Mais cette décision avait été prise "en fonction de la conjoncture du moment", a-t-il argué.

Pour légitimer sa révision de la Constitution, il entend se baser sur un rapport récent du Conseil national du dialogue interne (CNDI), qui a affirmé qu'une majorité des participants à ce dialogue souhaitaient mettre un terme à la limite de deux mandats présidentiels.

Après la publication de ce rapport, le Conseil des ministres avait décidé de créer une commission chargée de préparer une révision de la Constitution, conformément aux conclusions du CNDI.

Ce dialogue national exclut cependant une large partie de l'opposition intérieure et en exil, avec laquelle le gouvernement burundais refuse de discuter, malgré les pressions de la Communauté internationale.

La révision constitutionnelle envisagée par M. Nkurunziza pourrait aussi mettre fin aux dispositions issues de l'accord d'Arusha, qui prévoient des quotas ethniques entre Hutu (85% de la population) et Tutsi (14%) pour les corps de défense et de sécurité (armée, police et services secrets), les postes électifs et la haute fonction publique.

L'opposition et la société civile burundaise, en exil, craignent une révision "en profondeur" de la Constitution, qui la ferait sortir du cadre de l'accord d'Arusha, lequel constitue selon elle le socle démocratique du Burundi.

Vendredi, le président Nkurunziza a, par ailleurs, menacé de retirer en janvier les troupes burundaises déployées en Somalie dans le cadre de la force de l'Union africaine sur place (Amisom), si la dispute entourant le paiement de leur salaire n'était pas réglée.

"Sachez que nous les Burundais, ne sommes pas allés en Somalie pour gagner de l'argent mais pour aider ce pays", a-t-il déclaré. "Si cette question des salaires de nos soldats (engagés dans l'Amisom) n'est pas réglée, nous nous sommes préparés pour un retrait de nos troupes de Somalie en janvier."

Selon Bujumbura, le contingent burundais - 5.400 hommes sur les plus de 22.000 de l'Amisom - n'est plus payé depuis 11 mois. Les salaires de l'Amisom sont financés par l'Union européenne (UE).

Mais l'UE entend payer ces soldats burundais directement, sans passer par Bujumbura, pour empêcher leur gouvernement d'utiliser cet argent à d'autres fins et l'inciter à discuter avec l'opposition en l'asphyxiant encore un peu plus économiquement.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017