topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Face au dialogue bloqué, Mkapa veut un sommet de l'EAC Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 19/01/2017 – Source AFP

Le médiateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, a estimé dimanche urgent de convoquer un sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est (EAC) qui l'ont mandaté, afin d'étudier les "obstacles au processus" de paix au Burundi.

L'ex-président tanzanien a fait cette déclaration à l'issue de quatre jours de consultations stériles à Arusha (Tanzanie), en l'absence de délégation du gouvernement qui a boycotté cette session, refusant de siéger à la même table que le Cnared, coalition regroupant la quasi-totalité de l'opposition au président Pierre Nkurunziza. [Photo : Mkapa a rencontré vendredi la délégation du CNARED]

Les autorités burundaises accusent ses dirigeants - en exil - d'être derrière la tentative de putsch des 13 et 14 mai 2015, au plus fort des manifestations déclenchées par la candidature du président Nkurunziza à un 3e mandat controversé.

"Il est urgent de convoquer un sommet des chefs d'Etat chargé d'examiner les éléments posant un obstacle au processus" de dialogue interburundais, a annoncé M. Mkapa, dans une déclaration lue en session plénière et dont le texte est parvenu à l'AFP.

"Je me chargerai de communiquer ce désir au médiateur (principal, le président ougandais Yoweri Museveni) et au président du Sommet des chefs d'Etat de l'EAC dans les plus brefs délais", a ajouté M. Mkapa.

Il a assuré avoir noté "un consensus général sur les questions de fond", estimant que "les désaccords" se situaient "au niveau de la mise en oeuvre des solutions".

- 'Pas de consensus' -

Selon une source diplomatique, "l’objectif (du Sommet) est de faire endosser par les chefs d'Etat de la région le processus de négociation en cours et le projet d'accord de Mkapa pour qu'il s'impose à tous, notamment au gouvernement du Burundi qui est très réticent".

Initialement prévu avant la fin février, ce sommet devrait finalement avoir lieu à une date ultérieure, non encore précisée, selon ce diplomate.

"Il faut que Nkurunziza vienne à la table des négociations mais il n'y a que les chefs d'Etat de la région qui peuvent l'y amener", a estimé Jean Minani, président du Cnared, appelant les dirigeants de la région à "s'impliquer un peu plus" dans le dossier burundais.

Le secrétaire général du CNDD-FDD, le parti de M. Nkurunziza, Evariste Ndayishimiye, a réitéré dimanche le refus de discuter avec le Cnared, tout en estimant que ses dirigeants, recherchés par la justice burundaise, "ne peuvent pas bloquer le processus".

M. Mkapa avait prévu un communiqué final dans lequel les parties s'engageaient contre la violence, à ne toucher ni à l'accord de paix d'Arusha de 2000 ni à la Constitution, et à parvenir d'urgence à un consensus sur l’organisation pacifique des élections de 2020.

L'accord d'Arusha, signé en 2000, a ouvert la voie à la fin de 13 ans de guerre civile (1993-2006) au Burundi, en garantissant un savant équilibre politico-ethnique de partage du pouvoir.

"Il n'y a pas eu de consensus car les positions sont encore très éloignées, entre un gouvernement qui ne veut parler que des élections de 2020 et du rapatriement du dialogue (à Bujumbura) d'un côté, et de l'autre une opposition qui demande un gouvernement de transition avec le départ du président Nkurunziza", a expliqué le diplomate.

Une délégation du Cnared a rencontré M. Mkapa à deux reprises à Arusha, mais n'a pas participé à la réunion plénière de clôture dimanche.

Le Cnared a accusé en décembre l'ancien président tanzanien d'avoir pris fait et cause pour le gouvernement burundais en estimant "légitime" l'élection de M. Nkurunziza en juillet 2015, alors que l'opposition estime ce 3e mandat contraire à la Constitution et la présidentielle irrégulière.

Le pouvoir burundais a multiplié cette semaine les gestes d'hostilité envers ce dialogue. Des milliers de personnes ont manifesté samedi contre les pourparlers à l'appel d'organisations proches du pouvoir, à Bujumbura et dans d'autres localités du pays.

M. Mkapa s'est engagé à arriver à un accord de paix définitif de sortie de crise au Burundi au plus tard fin juin 2017.

Ce petit pays d'Afrique centrale, dont l'histoire post-coloniale est jalonnée de massacres politico-ethniques, a plongé dans une grave crise depuis l'annonce en avril 2015 de la candidature de M. Nkurunziza à un troisième mandat controversé.

Les émeutes, réprimées dans le sang, puis les violences politiques qui ont suivi ont fait de 500 à 1.000 morts selon les sources et poussé près de 400.000 personnes à quitter le pays.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017