topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La grève des étudiants se poursuit à l'université du Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

RFI, 08-04-2017

Réforme des bourses au Burundi: deuxième semaine de grève pour les étudiants

Au Burundi, la grève des étudiants se poursuit à l'université du Burundi, suite à l'arrestation de leurs délégués, jugés apparemment «coupables» d'avoir osé envoyer un ultimatum au président Pierre Nkurunziza pour qu'il abroge un décret instituant désormais un prêt-bourse pour les étudiants. Ils bénéficiaient jusqu'alors d'une bourse gratuite et pratiquement sans condition. [Photo : Campus Kiriri]

 

Leur grève devait commencer il y a deux jours, fin de l'ultimatum lancé au président Pierre Nkurunziza pour abroger son décret instituant désormais le système de prêt-bourse pour les nouveaux étudiants burundais. Mais l'arrestation de quatre de leurs délégués, les premiers depuis une dizaine de jours, a précipité leur mobilisation.

Les plus de 11 000 étudiants ont tout de suite arrêté toute participation aux cours, en exigeant la libération de leurs leaders qui sont détenus dans les cachots du très redouté Service national de renseignement (SNR), officiellement pour « préparation d'une insurrection » à l'université.

Les étudiants sont entrés ce vendredi 7 avril dans leur neuvième jour de grève, un mouvement qui ne faiblit pas jusqu'ici. « Nous allons continuer jusqu'à ce qu'on obtienne gain de cause », assure crânement un des délégués encore libres. Tous sont passés dans la clandestinité pour échapper aux agents lancés à leurs trousses.

Le gouvernement droit dans ses bottes

Le pouvoir est lui tout aussi déterminé à aller au bout de sa réforme, qualifiée de « primordiale ». Il appelle les étudiants à regagner les auditoires, sous peine de sanctions.

Rien jusqu'ici ne semble avoir entamé la détermination des étudiants, « décidés à se battre pour l'accès des enfants des paysans » – soit près de 90% de la population burundaise – à l'éducation universitaire. Mais plusieurs délégués assurent aussi être conscients qu'ils vivent désormais sous ce qu'ils qualifient de « régime de terreur ». « Ça sera dur, mais c'est un combat pour nos petits frères », confie l'un d'eux, la peur dans la voix.

La réforme du gouvernement est jugée nécessaire par de nombreux intervenants dans le secteur de l'éducation en raison de l'explosion du nombre d'étudiants, mais impossible à mettre en application depuis des années en raison de la mobilisation des étudiants. Après deux ans de crise dans le pays, le pouvoir semblait cette fois estimer que le moment était favorable à sa réforme. Mais c'était sans compter cette mobilisation étudiante.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher