topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ÉCHEC DU DIALOGUE INTER-BURUNDAIS À ARUSHA : A lire sur ARIB.INFO le « RÉSUMÉ DU FACILITATEUR RELATIF À LA 4è SESSION DU DIALOGUE INTER-BURUNDAIS TENU DU 27 NOVEMBRE AU 8 DÉCEMBRE 2017 À NGURDOTO MOUNTAIN LODGE, ARUSHA, TANZANIE. » ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi s'attaque au problème de la traite des êtres humains Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 08/04/2017 – Source Xinhua

Burundi : les parlementaires appellent au démantèlement des réseaux criminels en matière de trafic d'êtres humains

Les parlementaires burundais ont appelé vendredi le gouvernement à enclencher rapidement une synergie de toutes les forces vives de la nationale, en vue d'un démantèlement des réseaux criminels en matière de trafic d'êtres humains (TEH) dans le pays.

Ces représentants du peuple ont formulé cette recommandation dans un atelier organisé à leur intention par le ministère burundais des Droits de la personne humaine, pour vulgariser la loi n°1/28 du 29 octobre 2014 portant sur la prévention et la répression de la traite des personnes au Burundi.

D'emblée, Félix Ngendabanyikwa, secrétaire permanent du ministère, a reconnu dans son mot d'ouverture de l'atelier "l'ampleur du mal" en soulignant que celui-ci est une problématique mondiale allant au-delà des frontières burundaises.

D'après l'expertise onusienne, la traite des êtres humains générerait aux trafiquants environ 32 milliards de dollars, alors que chaque année, 2,5 millions de personnes, essentiellement femmes et enfants, tomberaient sous l'emprise des trafiquants.

Selon l'Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale (ONLCT), en 2016, 824 filles et femmes burundaises ont été victimes du trafic d'êtres humains.

"Au Burundi, ce fléau qui se présente sous diverses formes, frappe particulièrement des jeunes filles burundaises qui disparaissent des écrans-radars au niveau de leur cadre de vie moyennant certaines connections mafieuses. Le trafic de celles-ci est effectué avec des réseaux clandestins installés dans des pays voisins servant de sites de transit vers des pays lointains d'accueil où le risque d'y trouver la mort n'est pas écarté", a expliqué M. Ngendabanyikwa.

Mme Claphe Christine Ntunzwenimana du même ministère a précisé que les victimes burundaises les plus affectées par le phénomène de trafic d'êtres humains, avec une prédominance féminine, proviennent de quatre provinces densément peuplées, que sont Ngozi, Kayanza, Karusi et Gitega.

Comme pays voisins et lointains du Burundi servant de site de transit pour les enfants burundais victimes de ce trafic, Mme Ntwenzwenimana a cité la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, la Tanzanie, l'Ouganda, le Kenya, la Zambie, le Soudan du Sud, le Soudan du Nord, l'Ethiopie et le Malawi.

Ces victimes burundaises de ce trafic, a-t-elle révélé, sont orientées vers les travaux champêtres, les travaux domestiques et ceux d'exploitation sexuelle en Asie (Liban, Oman, Arabie saoudite), en Amérique (Etats-Unis), en Europe (Norvège) et en Australie.

Par ailleurs, selon une étude sur ce trafic commanditée par la Commission nationale indépendante des droits de l'Homme (CNIDH, institution burundaise) en partenariat avec le projet GRAPP (Great Lakes Trafficking Protection Partnership), le Burundi a enregistré, pour la période allant de janvier 2010 à mars 2012, 174 victimes du TEH, parmi lesquelles on relève 47 enfants de moins de 18 ans.

Pour leur part, des rapports produits par les Etats-Unis sur le TEH en 2011 et en 2015, indiquent que le Burundi est un pays d'origine des mineures et des femmes soumis au travail forcé et au trafic à des fins sexuelles.

Ces rapports mentionnent en outre que le Burundi n'a pas encore pris d'initiatives pour identifier les victimes du TEH et pour offrir à celles-ci des services de protection les ciblant spécifiquement.

"Néanmoins, quoique le Burundi soit encore classé sur la liste de surveillance de la catégorie II dans laquelle sont alignés les pays qui ne sont pas encore conformés aux normes minimales pour l'élimination du TEH, force est de reconnaître que les autorités gouvernementales déploient des efforts importants pour s'y conformer", nuancent ces rapports du gouvernement américain.

Les parlementaires ont déploré que cet état des lieux ainsi dressé sur cette problématique au Burundi, ne fasse pas ressortir les actions menées dans le "combat contre les bourreaux".

"Ce trafic se fait en réseaux et l'épineuse question qui se pose pour le Burundi, est celle de pouvoir identifier les commanditaires des crimes en la matière", se sont accordés bien des parlementaires dans leurs plaidoyers.

Comme piste de solution pour le court et moyen terme, le député Pamphile Malayika de la circonscription électorale de Kirundo (nord-ouest), a suggéré que le Burundi "lave d'abord son linge sale en famille" en commençant par le démantèlement de son réseau national en matière du TEH.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher