topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Au Burundi, "aucun jour sans enlèvement ni disparition" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

Deutsche Welle, 25-04-2017

Deux ans après le début de la contestation contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza, la situation est toujours tendue. Reportage à Nyakabiga, un quartier dits "contestataire", toujours sous étroite surveillance.

Le 25 avril 2015, c'est notamment à Nyakabiga, un quartier situé au centre de Bujumbura, qu'avait commencé la contestation anti-troisième mandat. [Photo : À Nyakabiga, police et armée sont déployés en permanence, deux ans après le début de la crise au Burundi.]

Aujourd'hui, ses extrémités sont toujours surveillées par la police avec des barrières en fils barbelés pour le contrôle des suspects. Pas de manifestations anti-régime, mais pas de paix ni sécurité non plus, contrairement aux discours officiels, constate James, habitant de Nyakabiga. 

"Il n y a plus de manifestants dans les rues mais on ne peut pas dire que la paix règne à 99%. Ce serait un mensonge car dans tout le pays, aucun jour ne passe sans enlèvement ou disparition. Des gens sont retrouvés morts, d'autres sont arrêtés sur leur lieu de travail"

La violence toujours présente

Pour d'autres, la crise bat toujours son plein, et seule sa forme a changé. Deux ans après le début de la contestation, l'opposition radicale dénombre près de 3000 morts, autour de 1.000 cas de disparitions forcées, 8000 prisonniers politiques et un peu plus de 400.0000 exilés. 

La fin des manifestations populaires a mis fin aux crépitements d'armes mais la solution est encore lointaine, selon Victor. Pour ce fonctionnaire de Nyakabiga, rien n'a changé depuis 2015. "Ce sont peut-être les méthodes qui ont changé mais en terme de prévalence de la violence elle-même, rien n'a changé. Il y a beaucoup de violence. Une partie des leaders politiques, civils et militaire sont en exil et tout ce monde-là a justement fui ce pouvoir."

Les exilés, menace potentielle pour le régime 

La répression sanglante des manifestants a contraint les jeunes à s'exiler vers les pays voisins. D'après Jean-Claude, ce mouvement ne constitue qu'une bombe à retardement pour le pays. "Dans la ville de Bujumbura et même dans les provinces, on a essayé d'éliminer tous les jeunes, martèle cet artisan de Nyakabiga. Ceux qui sont parvenus à s'échapper, on ne sait pas où ils sont. Peut-être que ce sont eux qui constituent les groupes rebelles. À un certain moment, il y a aura peut-être une guerre, qui ne sera pas facile à affronter."

Depuis deux ans, des mouvements révolutionnaires dont armés sont nés et mènent des attaques dans certains coins. Des officiels et cadres de la police et de l'armée ne sont pas à l'abri.


 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher