topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi subit «un régime dictatorial de plus en plus violent», dénonce la FIDH Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

France TV Info, 08/07/2017 

Entre terreur et dictature, le Burundi sombre dans une «dynamique génocidaire»

Le pays d’Afrique de l’Est s’enfonce peu à peu dans la violence et la dictature, selon un rapport de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH). Rapport réalisé avec des organisations locales et publié le 4 juillet 2017. De politique, la crise est devenue économique et paupérise la population. [Photo : Des enfants marchent derrière des militaires à Bujumbura le 15 mai 2015]

Le Burundi subit «un régime dictatorial de plus en plus violent», dénonce le document de la FIDH. «En deux ans, au moins 1200 personnes auraient été tuées, entre 400 et 900 auraient été victimes de disparitions forcées, plusieurs centaines, voire des milliers de personnes, auraient été torturées, plus de 10.000 seraient encore détenues arbitrairement. Dans l’espoir de fuir ces violences politiques, près de 400.000 Burundais se sont réfugiés dans les pays voisins», affirme le rapport.

Selon lui, la majorité des violences «sont commises par les services de sécurité burundais et les milices qui agissent sous leur contrôle». En l’occurrence les hommes des Imbonerakure, la ligue des jeunes du CNDD-FDD (Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie, parti au pouvoir), qualifiée de milice par l'ONU et qui se militarise de plus en plus, affirme la FIDH.

Instrumentalisation

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé, en avril 2015, sa candidature à un troisième mandat controversé. Réélu en juillet de la même année, il a ainsi violé la Constitution, selon l’opposition et une partie de son camp. Peu de temps après, les 13 et 14 mai 2015, il avait réussi à échapper à une tentative de coup d’Etat.

«Au-delà de l'opposition à la candidature de Pierre Nkurunziza, d'autres motifs de contestation expliquent ce conflit, qui a aussi pour enjeu la survie de l'accord d'Arusha», constatait alors le huffingtonpost. Accord qui avait ramené la paix en partageant le pouvoir entre Hutus et Tutsis après une guerre civile, de 1993 à 2006, entre l'armée (majoritairement tutsie) et des groupes rebelles hutus. 

Aujourd’hui, «les autorités continuent d’instrumentaliser la crise politique en lui donnant les apparences d’une crise ethnique. Elles désignent dans des discours publics ou des réunions privées les Tutsis, l’une des ethnies minoritaires du Burundi, comme les responsables de la déstabilisation actuelle du pays», observe le rapport. Elles accusent ces derniers «de vouloir reprendre le pouvoir à la majorité hutue, dont le président Nkurunziza et ses principaux conseillers et hommes de main sont issus».

A ce niveau, la FIDH évoque une «campagne de purge» au sein de l'armée burundaise. Conclusion: «La répression aux dynamiques génocidaires dénoncée par la FIDH et la Ligue ITEKA (Ligue burundaise des droits de l’Homme) en novembre 2016 se poursuit.»

«Parti unique»

Dans le même temps, le régime a installé une commission pour modifier le texte constitutionnel et, ainsi, faire sauter la limite des mandats présidentiels. Si ce projet aboutissait, il «aurait pour conséquence probable l'établissement d'un régime autocratique, voire d'une dictature durable au Burundi».

«Une campagne de répression violente de tous les présumés opposants», parfois même jusqu'au sein du parti au pouvoir, est également dénoncée par la FIDH. Cette campagne est exécutée avec l'aide des services de sécurité et des Imbonerakure, affirme son document. «En l’espace de deux ans, la quasi-totalité des responsables et militants des partis d’opposition ont été réduits au silence et pourchassés par les autorités burundaises.»

Dans ce contexte, «le paysage politique s’est resserré autour d’un parti-unique, le CNDD-FDD, devenu également un parti-Etat». Un culte de cette formation et du président s’est mis en place. Des monuments, qui en célèbrent les louanges, se multiplient dans tout le Burundi. «Une propagande violente, aux accents guerriers, est diffusée sur l'ensemble du territoire», appelant à «se tenir prêt à combattre les opposants, voire à les éliminer», ajoute le rapport.

Les informations de la Fédération internationale des droits de l’Homme viennent préciser celles publiées le 15 juin par une commission de l’ONU. Cette dernière faisait état d’un «sentiment de peur profonde et généralisée» dans les 470 témoignages recueillis auprès des réfugiés burundais qui ont fui vers les pays voisins. «Nous avons été frappés par le caractère particulièrement cruel et brutal des violations qui nous ont été rapportées», a expliqué Fatsah Ouguergouz, le président de cette commission, lors d'un rapport oral d'étape devant le Conseil des droits de l'Homme à Genève.

«Tout va bien»

La crise politique a entraîné «une grave détérioration de la situation socio-économique et de la condition de vie des populations», constate par ailleurs le rapport de la FIDH. En raison de la baisse de l’aide internationale, elles ont vu augmenter les prix des produits de première nécessité (essence, haricots, riz, sucre…). Les budgets des secteurs de l’éducation et de la santé ont été massivement réduits, paupérisant les habitants.

Cité par RFI, le pouvoir explique que «tout va bien» et que l’économie n’est pas en crise. En mai 2017, les autorités de Bujumbura avaient dénoncé des «actes de sabotage de son programme pour promouvoir la paix et la démocratie». Elles avaient aussi accusé «certains acteurs» de l’UE de nourrir «le désir d’opérer un changement de régime au Burundi».

Par Laurent Ribadeau Dumas

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher