topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ROBERT MUGABE SE RETIRE APRÈS 37 ANS AU POUVOIR : Une semaine après la prise de pouvoir de l’armée, le placement du président en résidence surveillée et le lancement d’une procédure de destitution à son encontre, Robert Mugabe a finalement cédé à la pression et annoncé mardi 21 novembre sa démission après 37 ans passés au pouvoir. [@rib News, 21/11/2017] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
FIDH : "La CPI apparaît comme l’ultime recours pour des victimes burundaises" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

FIDH, 09/11/2017

 La CPI prend une décision courageuse face à un régime en pleine dérive répressive

(La Haye, Paris) Aujourd’hui, la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé sa décision d’ouvrir une enquête sur les crimes commis au Burundi entre le 26 avril 2015 et le 26 octobre 2017, veille du retrait effectif du Burundi du Statut de la CPI. Cette décision courageuse, prélude à une enquête difficile, intervient alors que les victimes des purges et de la répression d’un régime en pleine dérive dictatoriale n’ont plus rien à attendre de la justice burundaise, dans l’indifférence de la communauté internationale.

Aujourd’hui, la CPI a rendu publique une décision prise le 25 octobre 2017, et qui était restée jusqu’à présent confidentielle pour assurer selon la cour la sécurité des victimes et des témoins potentiels. Cette enquête concernera les crimes contre l’humanité commis au Burundi et par des ressortissants burundais à l’extérieur du pays, couvrant ainsi les assassinats d’opposants réfugiés dans les pays alentours. Dès lors, le retrait du Burundi du statut de la CPI - décidé en octobre 2016 et effectif un an plus tard - apparaît rétrospectivement comme une vaine tentative de soustraire ses dirigeants à la justice internationale.

L’enquête sera toutefois difficile. D’une part, le pays a fermé ses portes aux journalistes et enquêteurs internationaux, et réprime toute voix dissidente au Burundi et dans les camps de réfugiés burundais des pays limitrophes. D’autre part, il s’est lancé dans une fuite en avant isolationniste, symbolisée par son retrait de la CPI - qui a constitué une première dans l’histoire de la Cour - et son refus de collaborer à toute demande d’enquête indépendante depuis le début de la répression. Celle ci a fait des milliers de victimes, poussant plus de 422 000 réfugiés supplémentaires à fuir le pays.

« La CPI a rendu publique une décision courageuse, alors que l’enquête annoncée sera semée d’embûches, en raison de la non-coopération d’un régime en pleine dérive autoritaire. Depuis le début de la crise en 2015, les autorités burundaises ont tenté de dissimuler leurs crimes en limitant ou interdisant la venue d’observateurs internationaux et de journalistes. Le Burundi a tenté de se soustraire à la justice internationale en étant le premier pays à se retirer de la CPI. L’annonce d’aujourd’hui montre que cette tentative était vaine. » Karine Bonneau, Responsable Justice internationale de la FIDH

Cette décision intervient alors que les victimes des purges et vagues répressives successives n’ont plus rien à attendre d’une justice burundaise aux ordres du régime et qui n’a ouvert aucune enquête crédible sur les crimes commis. Et alors que les instances politiques africaines (Union africaine ; Communauté des Etats d’Afrique de l’Est) et internationales (Conseil des droits de l’Homme ; Conseil de sécurité des Nations unies) n’ont toujours pas réussi à trouver les solutions politiques permettant de négocier une sortie de crise. Par conséquent, la CPI apparaît aujourd’hui comme l’ultime recours pour des victimes burundaises largement oubliées.

« Pour les victimes, qui n’ont plus rien à attendre de la justice burundaise, et qui ont souffert de l’indifférence de la communauté internationale, l’annonce aujourd’hui de l’ouverture d’une enquête de la CPI sonne comme un immense espoir. Espoir de voir les crimes commis sortir de l’oubli. Mais aussi, un jour, d’obtenir justice. » Florent Geel, Responsable Afrique de la FIDH

L’enquête s’annonçant particulièrement difficile et complexe, elle doit désormais être largement soutenue par les États concernés et les instances politiques africaines et internationales.

« Nos organisations, qui ont depuis le début de la crise en 2015 largement documenté les crimes commis via plusieurs enquêtes de terrain, notes et rapports, continueront à documenter les exactions commises au Burundi afin que l’enquête de la CPI puisse lever le voile sur les crimes commis et aboutir à poursuivre leurs responsables, quels qu’ils soient. » Anschaire Nikoyagize, Président de la Ligue Iteka

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher