topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Journée mondiale de l'enfance : des enfants burundais victimes d'atrocités Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Deutsche Welle, 20.11.2017

 Alors que le 20 novembre est journée mondiale de l'enfance, des petits burundais sont encore victimes de la crise qui frappe leur pays. Emprisonnés, victimes de maltraitances ou de la mort de certains proches.

Le 20 novembre marque la journée mondiale de l'enfance. Une date à laquelle, depuis 1954, sont célébrés les droits de l'enfant. Des droits pas toujours respectés, comme c'est, par exemple, le cas au Burundi, pays en crise depuis plus de deux ans.

Sur place certains enfants ont perdu des proches, d'autres ont été emprisonnées ou victimes d'atrocités. "Moi, j'ai vu comment on tire, des balles qui sortent, j'allais ramasser les douilles. Des grenades explosaient, je me suis approché des policiers. J'ai récupéré les douilles et je me remplissais les poches", raconte par exemple un petit garçon. 

Enfants emprisonnés

D'autres ont connu la prison. Dans le pays chacun se souvient, par exemple, de cette affaire où 44 élèves avaient été mis en cellules après avoir barbouillé une photo du président Nkurunziza dans leur manuel scolaire. "Ça m'a effrayé et je n'ai jamais compris ce qui m'est arrivé,  je crains toujours que ceux qui m'ont arrêté reviennent. Je suis toujours stigmatisée parce que j'ai fait de la prison", explique une petite fille. Des épisodes évidemment traumatisants pour les enfants. "Au lieu de le conduire dans un centre d'accueil, d'écoute et d'orientation, vous le conduisez vers la prison", s'énerve Rénovât Nitunga, parent et président de l'association de défense des droits des enfants "Ayons pitié de lui". 

Des méthodes pour soigner

Rénovât Nitunga insiste aussi sur le coté contre-productif de ces emprisonnements : "L'enfant va rencontrer un vieux, ils sont emprisonnés dans une même cellule avec un malfaiteur alors que l'enfant était innocent, vous comprenez que l'avenir de cet enfant est aussi mis en doute".Des situations traumatisantes qui influencent le développement psychoaffectif de l'enfant et peuvent avoir des conséquences jusqu'à l'âge adulte. Pour y remédier, des mécanismes existent.

La psychorthérapeute Médiatrice Nibaruta sait par exemple reconnaitre un enfant qui ne va pas bien."Il y a des enfants qui observent des situations atroces, surtout les morts, les gens qui ont été amputées de jambes, les situations purement dramatiques", raconte-t-elle. Certains vont ainsi développer de l'insomnie, de anorexie mentale ou d'autres pathologies."Il faut aider l'enfant à extérioriser ou à exprimer ses ressentis à travers les jeux, à travers la manière de dire les choses, les dessins, à travers beaucoup de choses", explique Médiatrice Nibaruta.

"On peut faire l'EMDR, on peut faire de l'hypnose, tout un tas de choses qu'on peut faire à ces enfants surtout en difficultés psychoaffectives", raconte la psychorthérapeute. L'EMDR est une méthode fondée par une psychologue américaine il y a une vingtaine d'années et qui s'adresse en particulier aux victimes de conflits, d'attentats ou de violences sexuelles. Médiatrice Nibaruta rappelle par ailleurs qu'il est essentiel pour les parents et les éducateurs d'accompagner l'enfant et de lui éviter un nouveau choc, au risque d'empirer le traumatisme.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher