topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le "crocodile" Emmerson Mnangagwa investi président du Zimbabwe Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

Reuters24 novembre 2017

Le président Mnangagwa promet de reconstruire le Zimbabwe

Emmerson Mnangagwa est devenu vendredi le nouveau président du Zimbabwe, mettant fin à 37 années de règne de Robert Mugabe, contraint à la démission cette semaine après l‘intervention de l‘armée.

[Photo : Emmerson Mnangagwa lors de sa prestation de serment, le 24 novembre 2017 au stade d'Harare.]

Le nouveau chef de l‘Etat a prêté serment devant des milliers de personnes enthousiastes rassemblées dans le stade de Harare, la capitale, promettant de maintenir la constitution et de protéger les droits des seize millions de Zimbabwéens.

Dans un discours d‘une demi-heure, il s‘est juré de relever l’économie dévastée du pays et d’être le président de tous les citoyens, “quels que soient leur couleur, leurs croyances, leur religion, leur tribu ou leur affiliation politique”, et a tendu un rameau d‘olivier à l‘opposition.

Il a clairement dit que les réformes agraires qui ont conduit à partir de l‘an 2000 à la saisie par l‘Etat de milliers de fermes possédées par des Blancs ne seraient pas remises en cause mais a promis d‘indemniser tous ceux qui ont été lésés.

Le nouveau président s‘est également engagé à prendre des mesures pour attirer les investissements étrangers dans le pays.

Même si la majorité de la population s‘est réjouie du départ de Mugabe, âgé de 93 ans et au pouvoir depuis l‘indépendance en 1980, l‘arrestation de plusieurs de ses anciens ministres et les mauvais traitements qu‘ils ont parfois subis inquiètent les organisations de défense des droits de l‘homme.

Emmerson Mnangagwa, ancien chef de la sécurité surnommé “Ngwena”, le crocodile en langue shona, a assuré à l‘ancien président que lui et sa famille pouvaient rester en toute sécurité au Zimbabwe.

Selon le journal gouvernemental The Herald, Mnangagwa et Mugabe étaient convenus que le président déchu n‘assisterait pas à la cérémonie d‘investiture de son successeur, officiellement en raison de sa fatigue.

“LE PEUPLE A PARLÉ”

La chute de Robert Mugabe a été provoquée par une lutte de succession entre Mnangagwa, 75 ans, et l’épouse du président démissionnaire, Grace, âgée de 52 ans.

Il y a encore deux semaines, Grace Mugabe semblait devoir l‘emporter. Le 6 novembre, Mnangagwa avait été destitué par le président pour “manque de loyauté”.

Mnangagwa, jusqu‘alors l‘un des plus fidèles lieutenants de Mugabe, avait fui le pays, craignant pour sa vie. Son départ a provoqué la semaine dernière l‘intervention de l‘armée, qui s‘est déployée dans les rues de Harare et a exigé le départ du président.

Ce dernier, abandonné par son propre parti, la Zanu-PF, a fini par accepter de démissionner pour échapper à une procédure de destitution.

A son retour, Mnangagwa s‘est adressé mercredi soir à une foule en liesse à Harare et a promis “le début d‘une nouvelle démocratie”.

“Le peuple a parlé. La voix du peuple est la voix de Dieu”, a-t-il lancé. “Aujourd‘hui nous assistons au début d‘une démocratie nouvelle”, a-t-il ajouté tout en saluant le rôle joué par l‘armée de manière pacifique dans ce processus de transition politique.

Lors de son discours d‘investiture, il a répété vendredi que “la voix du peuple” était “la voix de Dieu”.

Pourtant, selon certaines informations, tout ne se serait pas passé de façon aussi sereine pour les hommes politiques restés fidèles à Mugabe et à sa femme, regroupés au sein d‘un mouvement politique appelé le G40.

L‘ancien ministre des Finances Ignatius Chombo, qui avait été arrêté par les militaires, a été admis vendredi à l‘hôpital après des mauvais traitements subis lors de sa détention, a déclaré son avocat, Lovemore Madhuku, qui a dénoncé la “brutalité” de ses gardiens.

INTIMIDATION

Ces dernières vingt-quatre heures, selon des groupes de défense des droits de l‘homme, des proches d‘anciens ministres pro-Mugabe ont également été victimes de tentatives d‘intimidation.

Robert Mugabe s‘est vu garantir l‘immunité en échange de son départ. Il a également reçu l‘assurance, dans le cadre de cet accord, que sa sécurité serait garantie au Zimbabwe.

Des partisans du nouveau président ont réclamé des “sanctions” contre Grace Mugabe et le G40. Mais jeudi Mnangagwa a appelé les Zimbabwéens à refuser la vengeance.

La Communauté de développement d‘Afrique australe (SADC) qui regroupe seize pays, s‘est dite prête à travailler avec le nouveau président zimbabwéen et son gouvernement.

Le principal mouvement d‘opposition, le MDC (Mouvement pour le changement démocratique), a demandé jeudi le démantèlement de l‘appareil de “répression” mis en place par Mugabe.

Le MDC se dit d‘un “optimisme prudent” sur l‘avenir avec Mnangagwa, et espère que ce dernier “ne reproduira pas le régime néfaste, corrompu, décadent et incompétent de Mugabe”.

Pour ses détracteurs, Robert Mugabe a mis à genoux l’économie de son pays, jadis deuxième puissance d‘Afrique australe, et s‘est comporté en despote prêt à tout pour se maintenir au pouvoir.

Ainsi, au milieu des années 1980, une rébellion dans la province du Matabeleland a été réprimée dans le sang.

Robert Mugabe en profite pour s‘en prendre directement à son ancien allié de la lutte révolutionnaire Joshua Nkomo.

Selon les organisations de défense des droits de l‘homme, la répression a fait 20.000 morts, en majorité des membres de la tribu Ndebele de Joshua Nkomo.

Par Emelia Sithole-Matarise

Avec Ed Cropley à Johannesburg; Guy Kerivel pour le service français

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher