topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Déficit de performance burundaise au sein du bloc régional du COMESA Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

@rib News, 30/11/2017 – Source Xinhua

Le Burundi tire "moins de profits" des avantages offerts par les blocs régionaux par rapport à la dynamique des autres

Le Burundi tire "moins de profits" des avantages offerts par les blocs régionaux par rapport aux autres pays de l'Afrique subsaharienne dont ceux du bloc régional du Marché Commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), a reconnu jeudi un responsable économique burundais.

Organisation internationale à vocation régionale, le COMESA, initialement composé de 19 Etats liés par un accord de libre-échange mis en place depuis le 21 décembre 1981, est cependant constitué à ce jour, de 20 Etats suite à l'intégration de la Tunisie intervenue en octobre dernier. Les 19 autres Etats sont : Burundi, Comores, République Démocratique du Congo (RDC), Djibouti, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Kenya, Libye, Madagascar, Malawi, Maurice, Rwanda, Seychelles, Soudan, Swaziland, Ouganda, Zambie et Zimbabwe.

"Nous avons un taux d'exportation se situant dans la fourchette de 18 à 20% ; lequel est jugé quand même relativement faible par rapport à la dynamique des autres pays de l'Afrique subsaharienne dont ceux partageant en commun le bloc régional du COMESA...Toutefois, eu égard aux différentes programmes conçus par divers responsables de la politique économique, le potentiel des profits que les Burundais pourraient tirer de l'appartenance à ce bloc régional, ira en augmentant", a précisé Vénuste Ndikumwenayo, directeur du département des Etudes et des Statistiques de la Banque de la République du Burundi (BRB, banque centrale), lors d'un point de presse au lendemain de la clôture à Bujumbura, de la 38ème réunion du Bureau du comité des gouverneurs des banques centrales des pays membres du COMESA.

Sur la question de savoir les causes de ce déficit de performance burundaise en la matière, M. Ndikumwenayo a indiqué qu'au cœur des facteurs qui "interagissent entre eux", se trouve l'accès limité aux ressources financières susceptibles d'impulser l'investissement privé. Celui, a-t-il expliqué, est le défi burundais du moment, qui, une fois relevé, pourrait donner un coup d'accélérateur à la croissance économique.

"En revanche, au vu des efforts en cours pour la consolidation des politiques d'inclusion financière au sein de la population, la banque centrale burundaise essaie de s'activer de façon visible, pour explorer tous les voies et moyens susceptibles d'aider le Burundi à relever le potentiel de la croissance, et, ipso facto, celui d'augmentation des échanges intra-COMESA".

Néanmoins, a-t-il fait remarquer, en dépit de l'existence de ces défis, le Burundi dispose déjà des acquis consécutifs à son intégration dans le bloc régional du COMESA.

Sur ce, il a cité l'accession à des facilités à des transactions commerciales réalisées dans le cadre des échanges intracommunautaires avec les autres pays membres du COMESA, ainsi que l'élimination des barrières tarifaires et non tarifaires.

"Donc, il y a un gain visible que les Burundais tirent de l'appartenance du Burundi au COMESA. Ce gain est aussi perceptible pour des Burundais voulant effectuer leurs affaires dans un des pays membres du COMESA ; car, ils jouissent d'emblée des facilités pour s'y installer. En définitive, en s'y penchant de près, on découvre qu'à travers le cadre régional du COMESA, les Burundais bénéficient déjà des avantages, même quantifiables", a-t-il insisté. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher