topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ALERTE : LE BURUNDI SE DIRIGE-T-IL VERS UNE RÉPUBLIQUE MONARCHIQUE ? ARIB.INFO PUBLIE LE TEXTE INTÉGRAL DU PROJET DE LA NOUVELLE CONSTITUTION DU BURUNDI. ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : gouvernement et société civile condamnent l'esclavage en Libye et la TEH Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 02/12/2017 – Source Xinhua

Le gouvernement burundais et la société civile "émettent sur la même longueur d'onde" dans la condamnation des "violations des droits de l'homme particulièrement observés en Libye, a constaté Xinhua à travers les déclarations sorties à l'occasion de la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage célébrée le 2 décembre de chaque année. [Photo : Martin Nivyabandi, ministre burundais des Droits de la personne humaine.]

"Le gouvernement du Burundi s'est déjà joint à la plupart des Etats du monde entier pour dénoncer ces violations ignobles des droits de l'homme, et encourage le gouvernement libyen dans les actions initiées portant sur l'ouverture des enquêtes pour punir les coupables", a déclaré à cette occasion au nom du gouvernement burundais Martin Nivyabandi, ministre des Droits de la personne humaine.

Ces violations des droits de l'homme sont des "crimes contre l'humanité" que le gouvernement burundais "condamne fermement", a insisté le ministre, avant d'interpeller ses compatriotes parents "d'être plus vigilants" en éduquant leurs enfants dans un cadre de "promouvoir la passion".

En dépit du défi de la pauvreté auquel font face certaines familles burundaises, le ministre Nivyabandi a recommandé cependant à ses compatriotes que seul "l'amour du travail bien fait" est la piste idéale à emprunter pour faire face aux défis du développement.

Concernant la traite des être humains (TEH), notamment les filles burundaises, M. Nivyabandi a fait savoir que le gouvernement, par le truchement de son ministère des Relations extérieures et de la Coopération international, est en train de travailler avec les pays concernés, et que les dossiers ad hoc "avancent positivement".

Il a recommandé particulièrement aux autorités territoriales burundaises à tous les niveaux de la hiérarchie de "jouer un rôle prépondérant de surveillants et d'éducateurs de la population, afin de mettre hors d'état de nuire les agents de ces organisations criminelles qui infiltrent les quartiers urbains et les villages ruraux pour recruter des filles qui vont travailler dans les pays concernés.

De son côté, Prime Mbarubukeye, président et représentant légal d'une ONG burundaise dénommée "Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale", a appelé l'Union africaine et l'Union européenne à enclencher une synergie internationale dans la lutte contre l'esclavage à travers des actions combinées contre la TEH en Afrique en général et en Libye en particulier.

Pour lui, le fer de lance en la matière dans ce partenariat euro-africain ainsi souhaité devrait se concentrer sur l'adoption des stratégies communes allant dans le sens de démanteler tous les réseaux de la TEH à l'échelle du continent africain et européen, à l'aide d'une coopération transfrontalière renforcée et efficiente.

S'appuyant sur des sources policières burundaises et des témoignages des victimes de la TEH, M. Mbarubukeye a souligné que l'esclavage sous forme de la TEH est bel et bien une triste réalité au Burundi, comme en témoigne le nombre de victimes arrêtées chaque jour.

A ce jour, a-t-il précisé, environ 3.014 Burundais au total ont déjà été victimes de l'esclavage dans des pays arabes comme Oman, Arabie saoudite, Koweït et Liban au cours des trois dernières années.

Cette ONG burundaise a plaidé également pour l'adoption, sous l'égide de l'UA, d'une convention africaine pour la lutte contre la TEH.

Pour elle, la lutte contre la TEH au Burundi devrait se mener d'abord en amont, via notamment une décision du gouvernement qui "rendrait obligatoire l'éducation des jeunes filles burundaises, en leur garantissant l'accès à des bourses d'études susceptibles de les encourager à éviter les abandons scolaires".

Selon M. Mbarubukeye, au Burundi, les victimes sont composées en majorité par des milliers de femmes et de filles (soit près de 80%) et d'enfants (entre 15 et 20%) issus de milieux défavorisés. Elles sont non seulement touchées par la TEH, mais également par ses conséquences que sont la prostitution forcée, le travail forcé, le recrutement forcé d'enfants soldats dans les zones de conflit, le recrutement forcé d'enfants participant au commerce international de stupéfiants, la mendicité forcée, le mariage forcé et le trafic d'organes. 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher