topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


ALERTE : LE BURUNDI SE DIRIGE-T-IL VERS UNE RÉPUBLIQUE MONARCHIQUE ? ARIB.INFO PUBLIE LE TEXTE INTÉGRAL DU PROJET DE LA NOUVELLE CONSTITUTION DU BURUNDI. ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Dialogue interburundais : pourquoi les positions restent irréconciliables Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

RFI, 05-12-2017

Un quatrième round du dialogue interburundais a officiellement débuté lundi dernier à Arusha, sous la conduite du facilitateur, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa (photo), alors que ce processus est en panne depuis le départ. Mais contrairement aux autres fois, l'objectif de la médiation régionale est d'arriver à un accord vendredi, à l'issue de ces deux semaines de négociations

Le gouvernement burundais et ses alliés politiques et de la société civile d'un côté, et l'opposition intérieure, en l'absence de l'opposition en exil qui n'a pas été invitée, planchent sur une feuille de route constituée de huit points qui vont de la fin des violences jusqu'à la mise en place en d'un gouvernement d'union nationale, en passant par la problématique de la révision de la Constitution, issue de l'accord de paix d'Arusha. Mais jusqu'ici, les blocages persistent.

Du côté du gouvernement et de ses alliés, pas question de négocier quoi que ce soit, surtout pas le projet de révision de la Constitution en cours au Burundi et qui est présentée comme d'une grande nécessité aujourd'hui.

On ne discute pas également des problèmes liés à la Commission électorale ou aux questions de défense et de sécurité, qui relèvent selon eux de la souveraineté du pays.

La mouvance présidentielle rejette également toute idée d'un gouvernement d'union nationale censé mettre en application le futur accord. Une proposition des pays de la région qui parrainent ce dialogue.

A la place, Bujumbura exige « une feuille de route pour les élections de 2020 », qui doit être un texte non contraignant, et que surtout ce round de discussions soit le dernier organisé à l'étranger.

L'accord d'Arusha et la Constitution comme ligne rouge

Dans l'autre camp, les partis et acteurs politiques, un terme qui désigne officiellement des leaders politiques éjectés de la tête de leurs partis, souvent avec la complicité du pouvoir.

Ce groupe d'opposants intérieurs a des positions radicalement différentes. Ils prônent des négociations qui doivent aboutir à une véritable transition politique avant des élections conduites par les Nations unies, sous la supervision de missions d'observation militaires et policières de l'ONU, de l'Union africaine et de la région.

Enfin, ils ont tracé une ligne rouge : l'accord de paix d'Arusha et la Constitution qui en est issue. Pas question d'y toucher, assurent-ils.

A quatre jours de la date prévue par la médiation pour la signature d'un accord devant les chefs d'Etat de la région, chaque camp est toujours retranché sur sa position de départ.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher