topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Jean-Baptiste Alaize : «Mes nouveaux parents m'ont pris comme j'étais» Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diaspora

Le Parisien, 26 décembre 2017

 Jean-Baptiste Alaize, athlète paralympique aux multiples titres mondiaux au saut en longueur, est arrivé en France enfant avec une jambe en moins, rescapé d'un massacre à la machette qui n'a pas épargné sa mère. 

« Pendant longtemps, je faisais ces cauchemars. Je revivais cette scène où ces hommes ont exécuté ma mère ; ce moment où, sous mes yeux, ils lui ont coupé la tête. L'athlétisme m'a guéri de ça. »

De Jean-Baptiste Alaize, ce pétillant athlète paralympique qui accumule les titres mondiaux au saut en longueur, on ne connaît pas la véritable histoire. Une histoire qui prend un tournant dramatique, le 23 octobre 1993.

Jean-Baptiste s'appelle alors Mugisha, « l'enfant du bonheur ». Il n'a pas encore 3 ans et vit dans les collines de Muyinga au Burundi, un pays en proie à la guerre civile. Ce matin-là, les Hutus envahissent le village tutsi de Jean-Baptiste. Sa maman, qui tente de s'échapper en emportant le petit garçon, est massacrée à coups de machette. Plusieurs membres de la famille subissent le même sort. De cette abominable journée, le jeune homme garde aujourd'hui les traces indélébiles. Des cicatrices profondes derrière la nuque, sur le bras et dans le dos.

« Ma blessure à la jambe était trop importante, j'ai dû être amputé », raconte-t-il. Le petit garçon passera quatre ans dans un orphelinat burundais. « Mon père m'a placé là, soi-disant en attendant qu'on me mette une prothèse. Il devait venir me rechercher, j'ai compris plus tard qu'il m'avait abandonné. » Le sourire, Jean-Baptiste le retrouve grâce à Danièle et Robert Alaize. « Ils ont fait des démarches d'adoption pendant des années; quand ils ont su que j'étais un petit garçon de 7 ans à qui il manquait une jambe, ils n'ont pas hésité, ils m'ont pris comme j'étais. Mon nouveau papa est venu à l'orphelinat, malgré le danger de la guerre, avec des cadeaux, des petites voitures et une paire de Converse... et surtout plein d'amour. Il m'a aussi apporté des béquilles, des vraies, pas des béquilles en bois comme j'avais à l'époque. »

Mugisha devient Jean-Baptiste. Il s'installe dans un village de la Drôme et découvre son grand frère. « Nos parents n'ont pas choisi nos origines : il est rwandais et hutu, moi je suis tutsi, c'est quand même un drôle de tirage au sort ! » Quelques mois après son arrivée, Jean-Baptiste est appareillé d'une prothèse. « Sur une jambe, j'étais vivant, je faisais tout comme les autres : du vélo, du football. Le jour où mes parents m'ont offert une deuxième jambe, je courais partout. Cette sensation de liberté, c'est le plus beau cadeau qu'ils pouvaient me faire. »

 «J'ai vécu des choses horribles mais la vie m'a donné une seconde chance»

Pour essayer de le guérir de ses cauchemars, Danièle et Robert lui font faire de l'équitation. Au collège, Jean-Baptiste découvre l'athlétisme. « On organisait des JO, j'ai participé au relais, quand j'ai pris le témoin, on était 3es et on a gagné. C'est ce jour-là que la plupart de mes camarades ont découvert que j'avais une prothèse. Avec mon frère, nous étions les seuls Africains, nous n'étions pas forcément les bienvenus. J'étais noir, il ne fallait pas en plus que je montre que j'étais handicapé. » Le sport devient un exutoire pour l'adolescent qui, en quatre ans, décroche 10 médailles aux Mondiaux d'athlétisme handi-sport des moins de 23 ans.

« Ces podiums, c'est une revanche, j'ai vécu des choses horribles mais la vie m'a donné une seconde chance. J'ai toujours dit que je retournerais au Burundi quand je serais quelqu'un, histoire de ne pas arriver les mains vides. J'y suis allé en 2013, après les Jeux paralympiques de Londres. J'ai retrouvé mes soeurs et le village de mon enfance. Je voulais connaître la vérité, être certain que toutes ces scènes que j'avais dans ma mémoire, je les avais bien vécues. L'été dernier, j'ai organisé là-bas, avec Peace and Sport, les Jeux de l'amitié des grands lacs avec des jeunes du Burundi, de la RD Congo et du Rwanda. L'idée était de montrer à ces enfants que, même si nous sommes hutus et tutsis, nous pouvons vivre ensemble. Le temps a passé aujourd'hui, je n'ai plus de haine. »

A 26 ans, le spécialiste du saut en longueur rêve désormais de décrocher une médaille aux Jeux paralympiques de 2020. Sa vie, il aimerait l'adapter au cinéma.

Ce qu'il pense de la France d'aujourd'hui

« En France, on a la chance de pouvoir pratiquer du sport, on va même organiser les Jeux olympiques et paralympiques. Grâce au sport, j'ai rencontré de belles personnes. Aller à l'Elysée, être reçu par le président François Hollande, c'était quelque chose. Ma vie est en France désormais. Mes soeurs, au Burundi, savent que je fais de l'athlétisme mais ne savent pas ce que ça représente. Avec ce que j'ai vécu petit, j'aurais pu basculer dans la violence et la délinquance. Grâce au sport, j'ai pris le bon chemin. »

Sandrine Lefèvre

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher