topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

 

Umusambi (grue couronnée)


Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Prestation de serment des superviseurs du référendum constitutionnel Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 29 décembre 2017

Bujumbura, Burundi  - Les membres des différentes Commissions électorales provinciales indépendantes (CEPI) ont prêté serment (photo) devant la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avant leur entrée effective en fonction pour superviser le référendum d’une nouvelle Constitution amendée, prévu au mois de mai prochain, a-t-on constaté vendredi à Bujumbura, la capitale du Burundi.

Le président de la CENI, Pierre Claver Ndayicariye, a insisté sur le strict respect des principes d’intégrité et d’impartialité sur lesquels ont prêté serment les membres des CEPI, issus de différents partis politiques, de confessions religieuses et d’organisations de la société civile diverses.

Certains partis politiques et organisations de la société civile, affiliés au Conseil national pour la défense de l'accord d'août 2000, à Arusha, en Tanzanie sur la paix, la réconciliation et l'Etat de droit (principale plate-forme de l'opposition intérieure et en exil non reconnue par la loi burundaise) disent avoir décidé de boycotter le processus menant au référendum constitutionnel, jugé "inopportun" dans l'état actuel du climat politique national lourd.

Le processus continue toutefois et la première tâche des CEPI sera de mettre en place des membres des Commissions électorales communales indépendantes (CECI), selon le calendrier de la CENI.

Une fois mises en place, les CECI vont procéder à l’enrôlement des candidats électeurs au prochain référendum constitutionnel dont la date exacte reste toutefois à préciser par décret.

L’article 11 du code électoral en vigueur au Burundi précise que «les électeurs sont convoqués par décret du Président de la République, quarante-cinq jours calendrier, au plus tard, et soixante jours calendrier, au plus tôt, avant la date du scrutin».

Au total, 89 des 305 articles de la Constitution de 2005 ont été proposés à l’amendement, officiellement pour adapter la future loi fondamentale du pays aux dynamiques réalités sociopolitiques locales et régionales.

Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a répondu, vendredi, à un certain nombre de questions dont se pose l’opinion sur la révision constitutionnelle, lors d’une émission publique centrée sur la vie de la nation.

L’inéligibilité de candidats détenteurs d’une double nationalité a été l’une des questions au chef de l’Etat burundais qui a laissé entendre que ce n’est pas par hasard qu’une telle balise a été mise dans la nouvelle Constitution amendée.

« Les faits précèdent les lois » et il ne faut pas perdre de vue que dans un passé récent, des détenteurs de la double nationalité au gouvernement rendaient compte en même temps aux pays d’adoption, «non risque de compromettre la sécurité nationale», a-t-il expliqué.

On prête la double nationalité à l’ancien président de l’Assemblée nationale, Pie Ntavyohanyuma, et à l’ex-deuxième vice-président de la République, Gervais Rufyikiri, actuellement en exil politique en Belgique.

Le président burundais a encore justifié le fait d’avoir contourné le parlement national pour soumettre directement le projet d’une nouvelle Constitution au référendum populaire qui est supposé donner « plus de forces et de poids » à la future loi fondamentale du pays.

S’agissant de son éventuelle candidature aux prochaines élections de 2020, le chef de l’Etat burundais a estimé que ce n’était pas la priorité du moment que d’y penser.

C’est cependant le grand soupçon des détracteurs du projet de référendum sur une nouvelle Constitution « inopportunément amendée » pendant que subsiste le contentieux électoral de 2015 autour de la candidature de l’actuel chef de l’Etat à un troisième quinquennat, jugé contraire à la loi.

Dans le projet d’une nouvelle Constitution, l’autre innovation porte sur l’introduction d’un septennat à la place du quinquennat, avec la possibilité pour l’actuel chef de l’Etat de rester aux affaires jusqu’au moins en 2034, s’il venait à se représenter, en 2020.

Les Burundais ont été appelés à contribuer à la caisse des prochaines élections de 2020 et c’est de manière « volontaire », a encore fait une mise au point là-dessus, le président Nkurunziza.

L’article 250 du Code électoral en vigueur stipule normalement que « les frais nécessaires à l’organisation des scrutins sont à la charge de l’Etat ».

Une ordonnance conjointe des ministères des Finances et de l’Intérieur précise toutefois, depuis peu, les modalités de contribution de chaque citoyen, salariés ou non, selon le revenu.

C’est aussi une question de « souveraineté nationale », explique-t-on officiellement à Bujumbura où l’on garde un souvenir amer des promesses non tenues par les partenaires techniques et financiers traditionnels lors des élections générales de 2015, jugées « contraires aux normes d’équité et de transparence ».

L’autofinancement des élections mettra le pouvoir burundais à l’abri des regards et des pressions de la communauté internationale quant aux résultats qui sortiront des prochaines élections de 2020, de l’avis des analystes à Bujumbura.

L’Union européenne (UE) et principal partenaire maintient des sanctions financières contre le pouvoir burundais depuis les dernières élections controversées et émaillées de violences de 2015.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Réflexion et Débat

Analyses
Opinion

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition

Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2017

parking aéroport pas cher