topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Afrique du Sud : Jacob Zuma démissionne Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 14/02/2018 – Source The Associated Press

Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé sa démission «immédiate» dans un discours à la nation télévisé, mercredi, évitant ainsi d’être renvoyé par les parlementaires lors d’un vote qui devait avoir lieu jeudi, après des années de scandales de corruption. [Photo : Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé sa démission en direct à la télévision, ce mercredi 14 février.]

Le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), l’avait sommé de démissionner avant mercredi soir s’il ne voulait pas faire face à un vote de censure au Parlement.

Son départ met un terme à une crise de leadership dans l’une des principales économies d’Afrique et permettra aux députés de l’ANC d’élire le président intérimaire du parti, Cyril Ramaphosa, pour succéder à M. Zuma à la tête du pays.

«J’en suis donc venu à la décision de démissionner en tant que président de la République avec effet immédiat», a déclaré Jacob Zuma dans son discours, en précisant toutefois qu’il était en désaccord avec la décision du parti de le forcer à partir.

M. Zuma, âgé de 75 ans, avait déjà indiqué qu’il était prêt à démissionner, mais pas avant plusieurs mois.

«Bien sûr, je dois accepter que si mon parti et mes compatriotes espèrent que je sois délogé de mon poste, ils doivent pouvoir exercer ce droit et le faire de la façon prévue par la Constitution», a-t-il ajouté.

Plus tôt mercredi, dans une entrevue télévisée, M. Zuma avait adopté un ton défiant, disant n’avoir rien fait de mal.

«Je suis maltraité ici», a-t-il lancé à la télévision publique SABC. Il s’est plaint que M. Ramaphosa et les autres leaders de l’ANC ne lui aient pas expliqué clairement les raisons pour lesquelles il devait partir.

Mercredi matin, la police a mené des perquisitions chez plusieurs partenaires d’affaires de M. Zuma accusés d’être au centre de scandales de corruption qui ont provoqué un tollé en Afrique du Sud, plombé la popularité de l’ANC et affaibli l’économie du pays. Plusieurs personnes ont été arrêtées durant ces raids, selon les médias sud-africains.

L’ANC, le parti historique de la lutte contre l’apartheid qui dirige l’Afrique du Sud depuis 1994, souhaitait que M. Zuma mette fin à son mandat de cinq ans de façon anticipée afin de rallier les appuis en vue des élections de 2019.

M. Ramaphosa, élu à la tête du parti en décembre, a promis que le gouvernement lutterait plus énergiquement contre la corruption, qui a nui à la réputation de l’ANC.

Par Christopher Torchia

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher