topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Titre présidentiel burundais : La presse africaine s'en donne à cœur joie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Cameroonvoice, 14/03/2018

Burundi : Et si Nkurunziza postulait aussi au titre de "pape du ridicule" !

Voilà un dirigeant africain qui ne manque pas d'air, et dont les extravagances vont  faire jouir de plaisir tous les chantres viscéraux de "la spécificité africaine de la démocratie" et de la non-ingérence des "droits-de-l'hommistes" et autres donneurs de leçons occidentaux dans les affaires intérieures de l'Afrique.

Un temps, il passe outre la Constitution de son pays et les accords d'Arusha qui proscrivent un troisième mandat, et sans même se donner la peine d'amender ladite Constitution -est-ce qu'il vous prie ?-, se fait réélire justement pour un troisième mandat en marchant sur les cadavres de ses compatriotes qui ont osé protester contre la confiscation par lui du pouvoir ; un autre temps l'adepte des sectes néo pentecôtistes qu'il est, affirme la main sur le cœur  qu'il a été choisi par Dieu pour gouverner le Burundi, mais ne dit quand et comment il a rencontré Dieu. 

Puis, fringant footballeur devant Dieu et les hommes, cet homme d'Etat qui doit venir du fond des âges institue un extraordinaire règlement du jeu qui stipule que lorsqu'il est sur l'aire de jeu, les joueurs de l'équipe adverse ne doivent ni le contrer, ni l'approcher sur une distance de trois mètres à la ronde. 

C'est encore lui qui va décider d'un référendum en vue de modifier la Constitution pour lui permettre de briguer deux autres mandats de 7 ans à partir de 2020, mais fait arrêter tous ceux qui osent faire campagne pour le vote du "non" lors du scrutin référendaire, alors que le principe essentiel et inaliénable d'un référendum est la possibilité pour les votants de répondre par « oui » ou par « non ».

Et maintenant, comme s'il n'en avait pas assez de la bêtise la plus actions saumâtre, le mortel se fait proclamer "Guide suprême E-TER-NEL" de son parti. Sans plus.

En attendant la prochaine excentricité du mégalo-mythomane de Bujumbura qui consistera probablement à se décréter "dieu du Burundi", il convient de lui suggérer de revisiter l'histoire plus ou moins récente de certains de ses ex-homologues (Mobutu, Ben Ali, Mubarak, Compaoré, Mugabe, Zuma...) qui ont tous été reniés par leurs "partisans" une fois que le pouvoir leur a filé entre les doigts, et ce quelques temps seulement après que ces derniers venaient de les louer pour la "légitimité populaire" conférée à leurs régimes par des scores électoraux (staliniens) "sortis des urnes ».

Le nabab burundais qui montre ainsi qu'il ne sera jamais en retard d'un excès, devrait peut-être se faire expliquer par quelqu'un de moins obtus, ces célèbres mots de l'homme d'Etat américain Abraham Lincoln: «On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps.».

En attendant, puisqu'il affectionne les titres pompeux, pourquoi ne pas créer un titre  de chef des chefs d'Etats les plus mentalement dérangés d'Afrique, et lui en confier la chefferie à vie, et l'appeler désormais "le roi Nkurunziza 1er-l'Unique" ?!

Ndam Njoya Nzoméné

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher