topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La Cour des comptes du Burundi dénonce des fraudes budgétaires Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Economie

PANA, 07/08/2008

Bujumbura, Burundi - Une dizaine de "fonds et comptes extra-budgétaires" de plusieurs milliards de francs burundais auraient été gérés "de manière opaque" pour l’exercice 2006-2007, dénonce une source proche de la Cour des comptes du Burundi.

Il s’agit des fonds et comptes portant "gestion des catastrophes", "appui aux bonnes initiatives", "fonds non encore affectés", "droits d’administration et de dossiers", "redevance informatique", "fonds de lutte contre la fraude", "taxe rémunératoire sur attestation d’impôts", "fonds stock stratégique", "fonds spécial carburant" et "fonds spécial sucre", d’après un récent rapport de la Cour au Parlement burundais, dont la PANA a obtenu une copie.

Pour les deux exercices 2006 et 2007, les mouvements de recettes enregistrées s’élèvent à un peu plus de 20 milliards de francs burundais (un peu plus de 20 millions de dollars US), tandis que les sorties de fonds enregistrées sur ces comptes ont totalisé quelque 18,7 milliards de FBU (environ 18,7 millions de dollars), précise la Cour des comptes.

"Le point commun à ces comptes est que tous ont été alimentés par des fonds publics dont la gestion n’a pas respecté les règles normalement applicables en matière de gestion des fonds publics", peut-on encore lire dans le rapport de l'institution.

En effet, poursuit le rapport, "ces comptes et fonds sont gérés en dehors de la loi des finances et leur gestion déroge aux principes et règlements de gestion budgétaire rigoureuse".

"Ces comptes et fonds constituent des cadres privilégiés de gestion occulte des deniers publics", poursuit la Cour, en relevant au passage que les gestionnaires cumulent, par ailleurs, les fonctions d’ordonnateur et celle de comptable, "ce qui viole gravement le principe élémentaire du droit de la comptabilité publique, à savoir celui de la séparation des fonctions de comptable et ceux d’ordonnateur".

"Pire encore, aucune reddition n’a été constatée, ce qui complique davantage tout contrôle envisagé sur ces comptes", déplore la même source.

A titre illustratif, la Cour fait savoir que le compte "gestion des catastrophes" a été créé "irrégulièrement" par le ministère des Finances, le 10 juillet 2006, et ses ressources émargent sur le prix de la bière PRIMUS et le montant prélevé est compris dans la structure du prix de ce produit.

Le compte a été fermé par le ministère des Finances une année plus tard, mais, aujourd’hui encore, les prélèvements naguère effectués en faveur de ce compte alimentent l’autre compte extra-budgétaire "fonds d’appui aux bonnes initiatives", alors que la motivation avancée lors de sa clôture était le respect, tant des recommandations contenues dans le programme signé entre le gouvernement burundais et le Fonds international mondial (FMI), que celui du principe de l’unité de caisse en vue de rationaliser les comptes de l’Etat, s’étonne la Cour.

Le compte "appui aux bonnes initiatives", de son côté, est directement géré par le cabinet du président de la République avec des fonds publics provenant de la revente des stocks de carburants offerts dans le cadre d’un contrat signé par la Nigerian national petroleum (NNPC) et le gouvernement burundais, fait toujours savoir la Cour, en déplorant que les dépenses effectuées sur ce compte sont difficilement contrôlables, "dans la mesure où ces fonds sont gérés en espèces et que, de surcroît, aucune comptabilité fiable n’est tenue à jour".

Le contrat consiste en une fourniture de 15.000 barils de carburant brut par jour et ce, pour une durée d’une année renouvelable, rappelle-t-on.

L’autre compte épinglé par la Cour des comptes porte sur un "fonds non encore affecté" qui est néanmoins alimenté par des produits de la vente des épaves et véhicules en mauvais état appartenant à l’Etat, d’après la même source.

"L’examen des dépenses sur ce compte révèle que celui-ci apparaît comme une rallonge budgétaire du ministère des Finances et que, pire, sa gestion se fait en violation des lois et règlements régissant la gestion des fonds publics", dénonce la Cour.

La Cour des comptes recommande instamment, en définitive, la clôture pure et simple de tous ces comptes "obscurs", au profit du compte général du Trésor public.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher