topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le prix élevé de l’activisme au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

Human Rights Watch, 27 avril 2018

Germain Rukuki a été condamné à une lourde peine de prison

Un défenseur burundais des droits humains, Germain Rukuki, a été condamné à 32 ans de prison jeudi pour « rébellion »« atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat »« participation à un mouvement insurrectionnel » et « attaques contre le chef de l’État ». Ce verdict accablant a été prononcé à peine quelques semaines avant la tenue d'un référendum constitutionnel qui permettrait au président de proroger son mandat.

La condamnation de Rukuki est un message très ferme adressé à quiconque oserait documenter les abus perpétrés par le gouvernement avant le scrutin. À l’approche du référendum, le gouvernement exerce une répression brutalecontre les opposants présumés, signalant clairement que ceux et celles qui ne s’inscrivent pas sur les listes électorales ou voteraient « non » s’exposeraient à de graves conséquences.

Membre de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) au Burundi, Rukuki est en détention depuis juillet dernier. Son organisation a mené des enquêtes et des actions de plaidoyer avant et pendant les violences de 2015, lorsque le président Pierre Nkurunziza avait annoncé qu’il briguait un troisième mandat controversé, plongeant le pays dans une grave crise politique et dans un cycle de violations des droits humains qui perdurent aujourd’hui.

Le gouvernement a contraint à la fermeture l’ACAT en octobre 2016, ainsi que plusieurs autres organisations de défense des droits humains accusées de s’être employées à « ternir l’image du pays » et à « propager la haine et la division » parmi la population. Mais c’était insuffisant. Les organisations de défense des droits humains considèrent l’arrestation et le procès de Rukuki comme une attaque directe contre elles.

Rukuki n’est pas le seul défenseur des droits humains à avoir été pris pour cible. En novembre dernier, les autorités ont arrêté Nestor Nibitanga, un observateur de l’Association burundaise pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH), une importante organisation burundaise de défense des droits humains. Comme Rukuki, Nibitanga a été accusé de « menacer la sûreté de l’État ». Le Service national de renseignement (SNR) les a maintenus en détention avant de les transférer en prison.

En août dernier, un groupe d’experts de l’ONU a demandé la libération de Rukiki et exprimé sa préoccupation suscitée par l’instrumentalisation d’accusations d’atteintes à la sécurité de l’État, et par les menaces visant à museler les militants des droits humains. Ces inquiétudes s’avèrent bel et bien fondées à l’approche du référendum. Avec la condamnation de Rukiki, le message est clair pour quiconque chercherait à tirer la sonnette d’alarme à propos des abus au Burundi : vous n’êtes pas en sécurité.

Lewis Mudge

Chercheur senior, division Afrique

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher