topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Comesa : pas de sommet au Burundi malgré les préparatifs Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diplomatie

Jeune Afrique, 01 juin 2018

Programmé pour débuter ce 1er juin, le sommet des pays membres du Marché commun de l’Afrique orientale et australe a été reporté in extremis en juillet, et se tiendra à Lusaka, au lieu de Bujumbura. Les autorités burundaises, elles, avaient continué à se préparer malgré la délocalisation du rendez-vous.

Bujumbura n’a vraisemblablement pas digéré la décision. Avec des pancartes et banderoles qui ornaient déjà ses artères, elle avait préféré continuer à se préparer pour la tenue du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), accompagnant ainsi une campagne de communication plutôt agressive. « C’est un manque de respect à un État souverain », avait réagi le ministère burundais des Affaires étrangères dans une note verbale du 18 mai, dénonçant une « communication unilatérale » du secrétaire général du Comesa, Sindiso Ngwenya, après l’annonce du report et de la relocalisation du sommet à Lusaka, en Zambie.

« L’accueil du sommet des chefs d’État du Comesa par le Burundi est un droit et non une faveur », avait à son tour fulminé dans un tweet Édouard Nduwimana, l’ombudsman burundais, ajoutant que ce rendez-vous est « destiné à prouver au monde que le Burundi est en paix ». Le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, avait de son côté affirmé contre toute attente que c’est au contraire le Comesa qui a beaucoup à perdre dans cette délocalisation.

Un énième report

La nouvelle est tombée comme un couperet. D’abord, le 18 mai, sur le site internet du Comesa, puis trois jours plus tard au travers d’une lettre de Sindiso Ngwenya, son secrétaire général, qui notifiait au ministre burundais du Commerce et de l’Industrie le report en juillet prochain, et la délocalisation à Lusaka, en Zambie, du sommet des 19 États membres, jusque-là prévu pour se dérouler au Burundi du 1er au 10 juin. Il évoquait notamment « des circonstances imprévues ».

Le rendez-vous n’en est pas à son premier report. Initialement prévu en 2017, il avait été repoussé en février 2018, suite aux notifications de Sindiso Ngwenya, qui signifiait que Bujumbura n’était pas prête à l’accueillir, évoquant notamment un problème d’infrastructures. Il avait ensuite été repoussé en avril, puis au mois de juin à cause de la tenue du sommet du Commonwealth, jusqu’à être désormais repoussé en juillet.

« Un régime qui vit dans une réalité parallèle »

Contactée par JA, une source diplomatique à Bujumbura justifie l’annulation du sommet par le récent référendum constitutionnel : « Il n’y avait que deux chefs d’État qui avaient confirmé leur participation en plus du président burundais. Du coup le sommet allait être un échec. Les autres présidents n’ont certainement pas voulu cautionner par leur présence à Bujumbura le simulacre d’une élection décriée par l’ensemble de la communauté internationale. Il faut aussi se rappeler que le président malgache qui dirige actuellement le Comesa [Hery Rajaonarimampianina, ndlr] est presque incapable de voyager avec la crise qui sévit dans son pays. Un problème qu’il partage avec son homologue burundais ». La même source résume la situation par un déni de réalité : « Les réactions des autorités, leur refus de voir les choses en face, est une autre preuve que le régime vit aujourd’hui dans une réalité parallèle ».

Pour Bujumbura, le camouflet est de taille. Les autorités burundaises misaient sur ce sommet pour redorer leur image auprès de la communauté internationale, sévèrement écornée depuis la crise politique qui a éclaté en 2015 après la décision de Pierre Nkurunziza de se présenter pour un troisième mandat « inconstitutionnel » et contraire à l’accord de paix d’Arusha. Albert Shingiro, ambassadeur du Burundi à l’ONU, s’était félicité en janvier dernier, disant que « le fait d’organiser et accueillir le sommet du Comesa […] est un signe éloquent que la sous-région a confiance au Burundi sur le plan organisationnel et sécuritaire ».

La communauté internationale avait d’ailleurs choisi de ne pas envoyer de mission d’observation pour le référendum sur le projet d’amendement de la Constitution du 17 mai, dénonçant notamment un « climat d’intimidation et de répression lors de la campagne » qui avait précédé le scrutin. Jeudi 31 mai, la Cour constitutionnelle a validé les résultats du vote qui consacre une large victoire du « oui » avec 73,2 %, offrant ainsi la possibilité au président Nkurunziza de briguer, à partir de 2020, deux septennats qui lui permettraient de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2034.

Par Armel Gilbert Bukeyeneza

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher