topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Dernière session parlementaire avant la nouvelle Constitution au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

PANA, 04 juin 2018

Bujumbura, Burundi- Le président de l'Assemblée nationale, Pascal Nyabenda (photo), a procédé, lundi, à l’ouverture de la session ordinaire de juin qui est en même temps la dernière sous la Constitution de 2005, amendée par voie référendaire le 17 mai dernier, a-t-on appris de source parlementaire à Bujumbura.

La Cour constitutionnelle du Burundi a proclamé, jeudi, le « Oui » gagnant à 73,24%, contre 19,37% de « Non » au référendum, rejetant du coup les plaintes « sans fondement » de l’opposition sur de présumées irrégularités.

La cérémonie officielle de promulgation de la nouvelle Constitution, par décret présidentiel, est prévue le 7 juin à Gitega, la future capitale politique du Burundi, dans le Centre du pays.

La nouvelle Constitution maintient, en son article 151, que le pouvoir législatif est exercé par le Parlement qui comprend deux chambres: l’Assemblée nationale et le Sénat, chargés de voter les lois et de contrôler l’action du Gouvernement (Art.161).

La Constitution innove en ce qui concerne le calendrier des sessions pour s’ajuster au traité portant création de la Communauté d’Afrique de l’Est dont fait partie le Burundi.

L’article 178 de la nouvelle Constitution prévoit que: « l’Assemblée nationale se réunit chaque année en trois sessions ordinaires de trois mois chacune. La première session ordinaire débute le premier lundi du mois d’août, la seconde le premier lundi du mois de décembre, la troisième le premier lundi du mois d’avril ».

Ce calendrier parlementaire entre en vigueur au Burundi, alors qu’il était déjà de rigueur au Rwanda, en Tanzanie, en Ouganda, au Kenya et au Soudan du Sud, tous membres de la Communauté est-africain de libre échange.

Dans l’ancienne Constitution, il était stipulé que: « l’Assemblée nationale du Burundi se réunit chaque année en trois sessions ordinaires de trois mois chacune. La première session débute le premier lundi du mois de février, la deuxième le premier lundi du mois de juin et la troisième le premier lundi du mois d’octobre ».

Au Burundi, le conflit de calendriers posait surtout le problème de cotisation au budget de la Communauté est-africaine, avance-t-on, entre autres raisons de l’amendement de la Constitution nationale.

L’Assemblée nationale du Burundi sera saisie dorénavant du projet de loi de finances dès l’ouverture de la session d’avril, au lieu du mois d’octobre, dans l’ancienne loi fondamentale du pays.

Sur le plan de la politique intérieure, des bouleversements institutionnels jugés majeurs sont attendus dès l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution, amendée en prévision des élections générales de 2020.

Au niveau de l’Exécutif, le mandat présidentiel doit passer de cinq à sept ans dans la nouvelle Constitution amendée, avec la possibilité pour le chef de l’Etat sortant de se porter candidat, au-delà de 2020, année de la fin de l’actuelle législature.

La Constitution amendée de 2005 n’autorisait que deux mandats à la tête de l’Etat, conformément au prescrit de l’Accord inter-burundais d’août 2000, à Arusha, en Tanzanie, sur la paix et la réconciliation, au sortir de plus d’une décennie de guerre civile à caractère ethnique.

En 2015, la candidature du président sortant à un troisième quinquennat avait donné lieu à un soulèvement populaire et des violences de masse, dont une tentative de putsch militaire manquée.

Par ailleurs, la nouvelle Constitution réhabilite le poste de Premier ministre qui n’était plus en vigueur dans l’architecture du pouvoir burundais depuis les années 1990.

Le Premier ministre, « chef du gouvernement », proviendra du parti majoritaire, tandis que le futur vice-président sera issu de l'opposition, mais avec des pouvoirs limités.

La nouvelle Constitution accorde un sursis au système des quotas ethniques prévus par l’Accord d’Arusha, dont 60% de Hutus (majoritaires) et de 40% de Tutsis (minoritaires) au Gouvernement et au Parlement, ainsi que la parité totale au sein des corps de défense et de sécurité, juste pour les cinq premières années de la future législature.

La double nationalité, dont jouissent beaucoup d'opposants en exil, est par ailleurs interdite aux candidats à de hautes charges de l’Etat, stipule la nouvelle Constitution.

L’extradition d’un citoyen burundais pour être jugé à l’étranger est également proscrite dans la nouvelle loi fondamentale du pays.

La Cour pénale internationale (CPI) avait lancé, le 25 octobre dernier, des enquêtes sur des « crimes de génocide et contre l’humanité », présumés avoir été commis pendant la période électorale mouvementée de 2015, rappelle-t-on.

Les Nations unies, l’Union africaine et l’Union européenne avaient condamné les réformes constitutionnelles, sans concertation préalable avec toutes les parties prenantes, ce à quoi le pouvoir burundais a opposé le droit souverain de réviser la Constitution, comme cela se fait dans d’autres pays du monde.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher