topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

M. Frédéric Nahimana est le nouveau Ministre de la Communication et des Médias. Il a été nommé par le décret présidentiel N¤ 100/136 du 14 septembre 2018. [@rib News, 18/09/2018] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : l’ONU accuse d’exactions la Ligue des jeunes du parti au pouvoir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

ONU Info, 27 juin 2018

Burundi : la Commission d’enquête de l’ONU dénonce les exactions des jeunes du parti au pouvoir

La Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi a accusé mercredi la Ligue des jeunes du parti au pouvoir (Imbonerakure) d’être la principale responsable des exactions commises durant la récente campagne référendaire.

« Les violations des droits de l’homme identifiées par la Commission durant la campagne référendaire sont principalement l’œuvre d’Imbonerakure agissant avec la complicité et/ou l’aval d’agents étatiques, ou de leur propre initiative sans être inquiétés », a ainsi déclaré Lucy Asuagbor, membre de la Commission d’enquête, lors de la mise à jour orale devant le Conseil des droits de l’homme.

Les enquêteurs de l’ONU se sont d’ailleurs préoccupés de l’importance prise par les Imbonerakure dans l’appareil répressif développé depuis 2015. « Les Imbonerakure quadrillent le pays, renseignent les instances étatiques et/ou du CNDD-FDD sur la présence d’opposants réels ou supposés dans chaque localité et sur chaque colline, harcèlent, contrôlent et intimident la population, mènent des opérations de police hors du cadre prévu par la loi et procèdent à des campagnes de recrutement forcé au sein du CNDD-FDD ou dans leurs rangs », font remarquer les membres de la Commission, tout en rappelant que ces campagnes donnent lieu, dans plusieurs cas, à « des actes de torture ou des mauvais traitements ».

A noter que fin mai, les Burundais ont approuvé par référendum une réforme de la Constitution. Et début juin, le Président burundais a toutefois annoncé qu’il ne serait pas candidat à sa succession en 2020. Mais pour la Commission d’enquête de l’ONU, l’annonce du chef de l’État « ne doit en aucun cas occulter le contexte dans lequel s’est déroulée la campagne pour le référendum qui a conduit au changement de la Constitution au Burundi ».

Selon Françoise Hampson, les enquêteurs ont recueilli des informations sur de nombreuses violations des droits de l’homme parmi lesquelles des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des actes de torture et autres mauvais traitements cruels, inhumains ou dégradants, des arrestations et des détentions arbitraires visant des opposants au projet de modification constitutionnelle. Au premier rang de ces opposants figurent les membres des partis d’opposition, les Forces nationales de libération (FNL) – aile Rwasa – et tout individu perçu comme n’étant pas aligné sur la politique du Gouvernement et du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD).

Des allégations sur des exécutions ou des enlèvements d’opposants

D’autre part, la Commission d’enquête a reçu des témoignages de nombreuses arrestations de personnes ayant appelé à voter « non » au référendum ou ayant refusé de rallier le CNDD-FDD. Les détentions qui s’ensuivirent ont donné lieu à des cas de torture et de mauvais traitements.

La Commission a aussi été saisie d’informations sur des personnes exécutées ou enlevées en raison de leur appartenance à des partis politiques de l’opposition ou de leur refus d’adhérer au parti au pouvoir. Mme Hampson a aussi dit craindre la persistance de pratiques consistant à se débarrasser des corps des personnes disparues ou des corps non identifiés, généralement par des individus en uniforme de la police, ou identifiés comme des agents du Service national de renseignement ou membres des Imbonerakure. Aucune enquête sérieuse n’a été conduite par les autorités sur ces cas, a regretté Mme Hampson. 

Mais pour le Président de la Commission d’enquête sur le Burundi, ces violations ont été favorisées par « un climat continu de menaces et d’intimidations ». A cet égard, Doudou Diène et son équipe rappellent que dès novembre 2017, le Président de la République, dans un discours prononcé pour la journée des anciens combattants, a menacé de « redresser » tous ceux qui ne suivraient pas la ligne du parti. Le 12 décembre 2017, à l’occasion du lancement de la campagne d’explication du projet de nouvelle constitution, le Chef de l’État a cette fois mis en garde « tous ceux qui tenteraient de torpiller ce projet par la parole ou l’action ».

C’est dans ce contexte que le Président de la Commission d’enquête sur le Burundi a regretté aussi que le Burundi persiste dans son refus de coopérer avec la Commission, ce qui permettrait de mentionner les vues du Gouvernement dans le rapport final. Il a aussi déploré que le ce Gouvernement n’ait pas consenti à la reprise des activités du Bureau d’observation du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, suspendu depuis 2016.

Face au sombre tableau décrit par les enquêteurs onusiens, le Burundi a rejeté le contenu du rapport le concernant, estimant qu’il s’agissait d’un « rapport épisodique de la longue nuit, depuis le 26 avril 2015, vers la déstabilisation effective du Burundi ». Il ne s’agit pas d’un rapport d’une commission d’enquête sur les droits de l’homme, mais d’une « autopsie structurelle du pays » dont le contenu est subjectif, a précisé le représentant burundais. « L’indexation acharnée du parti au pouvoir, de la police, du Service national de renseignement et des Imbonerakure est une vieille rhétorique qui n’a plus droit de cité en 2018 », a-t-il ajouté.

A noter que la Commission d’enquête sur le Burundi présentera son rapport final en septembre prochain.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher