topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Pour le fil complet des informations : Cliquez sur « Toute l’actualité » [Menu de gauche] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi débute la libération de 3.000 détenus pour désengorger ses prisons Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Justice

@rib News, 30/03/2019 – Source AFP

Le Burundi a entamé vendredi la libération de quelque 3.000 prisonniers dans le cadre d’une grâce présidentielle, essentiellement pour désengorger des prisons archi-bondées, selon la société civile en exil.

La ministre de la Justice, Aimée-Laurentine Kanyana, a procédé lors d’une cérémonie à la prison centrale de Gitega, la nouvelle capitale politique du pays, « au lancement officiel de la mise en application du décret présidentiel portant mesures de grâce présidentielle » du 23 janvier 2019, en faisant libérer 142 prisonniers dont deux femmes, sur 3.000 bénéficiaires prévus.

Ces libérations, promises par le président Pierre Nkurunziza lors de ses voeux du 31 décembre 2018, doivent officiellement promouvoir « la réconciliation nationale », ce que contredisent l’opposition et la société civile en exil qui parlent d' »une mesure qui ne concerne pas les prisonniers politiques » et va plutôt « servir à désengorger des prisons archi-bondées ».

Les onze maisons d’arrêt du Burundi abritent plus de 11.000 détenus pour 4.000 places disponibles, selon l’ONG Aprodeh.

Selon le décret présidentiel, « bénéficient de la remise totale des peines, les prisonniers condamnés définitivement à des peines inférieures ou égales à cinq ans de prison du chef de toutes les infractions à l’exception du crime de génocide, (…), de la détention illégale d’armes à feu, de l’atteinte à la sûreté intérieure et/ou extérieure de l’Etat ». Certaines femmes doivent également être libérées.

« Ce décret va bénéficier uniquement aux droits communs et exclut malheureusement les quelque 4.000 prisonniers politiques qui croupissent dans les prisons burundaises », a commenté à l’AFP le président de l’Aprodeh, Pierre-Claver Mbonimpa.

L’opposition et la société civile dénoncent également l’existence de prisonniers politiques qui ont déjà purgé leurs peines mais qui sont maintenus en prison sans explication.

« J’ai même envoyé à la ministre de la Justice la liste d’une centaine de prisonniers politiques qui ont déjà purgé leur peine avec leurs noms et prénoms et le numéro de chaque dossier, mais rien n’a été fait », a déclaré à l’AFP le député d’opposition Fabien Banciryanino.

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis l’annonce en avril 2015 de la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat controversé et son élection en juillet suivant. Les violences ont fait plus de 1.200 morts et poussé plus de 340.000 personnes à quitter le pays, poussant la Cour pénale internationale a ouvrir une enquête.

C’est la troisième fois que le président burundais accorde sa grâce présidentielle à des détenus depuis le début de la crise.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher