topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
L’expérience marocaine en exemple à la semaine de la diaspora burundaise Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Diaspora

PANA, 24 juillet 2019

Burundi : Expérience enrichissante de la politique migratoire marocaine à la semaine de la diaspora burundaise

Bujumbura, Burundi - Les 4,2 millions de Marocains résidant à l’étranger ont transféré plus de 65 milliards de Dirhams en 2018 (6,7 milliards de dollars), soit près de 6,5% du Produit intérieur brut (PIB), faisant du pays, le 3ème en Afrique, derrière le Nigeria et l’Egypte, a-t-on appris, mercredi, de l’expérience marocaine, à la semaine de la diaspora burundaise.

L’édition 2019 de cette semaine a été ouverte, lundi dernier, par le Vice-président burundais, Gaston Sindimwo, sous le thème central de la « Diaspora, partenaire important pour la mise en œuvre du Plan national du développement » multisectoriel (2018-2027).

Le représentant de la diaspora burundaise à l’étranger, Japhet Lengentil Ndayishimiye, de son côté, a déploré le fait que les Burundais de l’étranger travaillent « en ordre dispersé », ne connaissent même pas leur niveau de contribution au développement du pays, faute de statistiques en termes de transferts monétaires via la Banque centrale.

A titre de comparaison avec le Maroc, les Burundais résident à l’étranger et dont le nombre est mal connu, n’ont transféré que 257 millions de dollars américains dans le pays d'origine au cours de ces cinq dernières années.

A cette semaine de la diaspora burundaise, Mohammed Bouguidou représente le ministère délégué auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, chargé des Marocains résident à l’étranger et des affaires de la migration.

Dans sa présentation, M. Bouguidou a fait état de plus de 100 différents pays dans lesquels sont répartis les Marocains de l’étranger dont les transferts se sont, par ailleurs, accrus de plus de 4,5%, entre 2016 et 2018. Sur cette même période, les transferts ont représenté 7,7% d’investissements directs.

Ainsi, les 4,2 millions de Marocains de l’étranger, dont 46% de femmes, constitue « une communauté grandissante, à profil diversifié et dynamique qui représente un potentiel important » pour leur pays et qui « nécessite un traitement adapté à ses besoins et à ses aspirations », a-t-il souligné.

La diaspora marocaine constitue encore « un appréciable relais de transfert technologique et culturel dans les deux sens », selon la même source.

Le Maroc est également considéré comme une « opportunité » au sein de laquelle les Marocains résident à l’étranger cherchent à mettre à profit un avantage compétitif acquis (savoir-faire, réseaux).

A titre indicatif, l’on apprend que « 75% » des brevets déposés au Maroc proviennent des Marocains du monde.

Dans le détail, plus de 8.000 compétences sont actuellement enregistrées du côté du ministère délégué auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale chargé des Marocains résident à l’étranger et des affaires de la migration dont 76% en Europe, 14% en Amérique du Nord, 9% en Afrique et en Asie.

Le présentateur a fait état d’une étude (2017) de son ministère qui indique que, sur un échantillon de 2,6 millions de Marocains résident à l’étranger, 500.000 d’entre eux ont un diplôme supérieur (bac +5), 7.000 sont des médecins et 50.000 sont des étudiants en mobilité internationale.

D’autres expatriés marocains sont des avocats, des environnementalistes, des journalistes, des artistes, des humoristes ou encore des femmes entrepreneurs.

Parlant des caractéristiques de la diaspora marocaine, l’intervenant a indiqué qu’il s’agit d’une communauté relativement jeune (70% âgés de moins de 45 ans).

La diaspora marocaine se caractérise encore par un taux important de naturalisation pour 40% qui ont une 2ème nationalité.

Au niveau des enjeux politiques et diplomatiques autour de la diaspora, l’orateur a mis en exergue une représentativité et une participation aux grands débats nationaux, la défense des idéaux et des valeurs du Maroc, ainsi que la contribution au renforcement des liens d’amitié et de coopération avec les pays d’accueil.

Les Marocains de l’étranger contribuent également à la promotion du tourisme national, selon la même source.

A titre indicatif, à la fin 2018, sur les 12 millions de touristes qui ont visité le Maroc en 2017, près de 48% d’entre eux étaient des Marocains de l’étranger.

En perspective, le délégué du Maroc a indiqué que des efforts vont être concentrés sur le renforcement des mécanismes d’information sur la contribution des Marocains du monde au développement du pays, notamment au niveau des investissements.

La mise en place d’un baromètre annuel pour suivre les évolutions de tendances et besoins des Marocains de l’étranger, l’orientation des transferts vers des projets d’investissement plus productifs, la réduction des coûts de transfert afin d’encourager les investissements des Marocains de l’étranger sont autant d’autres projets en perspective.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher