topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le président zambien Levy Mwanawasa est décédé Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Afrique

@rib News, 19/08/2008 - Source AFP

 Le président zambien Levy Mwanawasa est mort mardi dans un hôpital parisien où il était hospitalisé depuis début juillet après une attaque cérébrale, a annoncé mardi le vice-président Rupiah Banda sur les médias d'Etat.

Le président Mwanawasa est mort "ce matin à 10H30" (08H30 GMT) à Paris, a indiqué le vice-président en déclarant un deuil national de sept jours. "Les citoyens doivent rester calmes durant cette période", a-t-il ajouté.

Levy Mwanawasa était l'une des rares voix du continent à ne pas être impressionnée par la stature historique du président zimbabwéen Robert Mugabe, contre lequel il a plus d'une fois haussé le ton.

Elu à la présidence de la Zambie en 2001, Levy Mwanawasa, 59 ans, s'est démarqué de l'habituelle culture de solidarité entre leaders africains pour dénoncer les maux du Zimbabwe.

En mars 2007, il comparait son voisin, englué dans un marasme économique sans précédent, à "un Titanic en train de sombrer".

Alors président de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), il a tenté de pousser la région à l'action quand le Zimbabwe s'est enfoncé dans la violence après les élections du 29 mars.

Quinze jours après le scrutin, il convoquait un sommet de crise de la SADC auquel il invitait le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai. Piqué, Robert Mugabe boycottait la réunion tandis que son régime accusait M. Mwanawasa d'agir à la solde de l'Occident.

Malgré les efforts du leader zambien, la région a maintenu un profil bas. "Le silence de la SADC est scandaleux", en a conclu Levy Mwanawasa.

Son attaque cérébrale fin juin en marge d'un sommet de l'Union africaine (UA) l'avait empêché d'élever la voix contre la réélection contestée de M. Mugabe, mais samedi son ministre des Affaires étrangères Kabinga Pande s'en est chargé, en son nom, lors d'un sommet régional.

Agé de 16 ans quand son pays, alors colonie britannique, a accédé à l'indépendance en 1964, Levy Mwanawasa n'a pas été marqué par l'oppression d'une minorité blanche et n'a pas participé à la lutte pour la libération.

Contrairement à de nombreux dirigeants de la région, il ne partage rien avec Robert Mugabe, 84 ans, qui a accédé au pouvoir en 1980 après avoir fait tomber le régime ségrégationniste de Ian Smith.

Né le 3 septembre 1948, cet avocat de formation a défendu avec pugnacité plusieurs dossiers liés à des violations des droits de l'Homme, ce qui lui a valu d'être surnommé "icibumba", le "mur en béton".

En 1991, il est nommé premier vice-président de Frederick Chiluba, arrivé au pouvoir au cours du premier scrutin pluraliste de Zambie.

Il démissionne de ce poste en 1994, pour protester contre ce qu'il perçoit comme du laxisme à l'égard de la corruption et du trafic de drogue. Un an plus tard, il annonce son départ de la scène politique.

En 2001, M. Chiluba le présente comme le candidat à la présidentielle de son parti, le Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD). M. Mwanawasa est élu à l'issue d'un scrutin controversé, manipulé selon certains par M. Chiluba.

Rapidement, il se démarque de l'image de "marionnette" que lui ont collée ses opposants et se retourne contre son mentor, lançant une croisade anticorruption contre lui et ses proches.

En 2006, il emporte un deuxième mandat face au vétéran de la politique zambienne Michael Sata, qui conteste les résultats. L'après-scrutin est marqué par des affrontements violents entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre.

Loué par l'Occident pour sa gestion saine des finances publiques, M. Mwanawasa a contrôlé l'inflation et attiré de nombreux investissements étrangers, notamment chinois dans le secteur minier.

Malgré une croissance économique soutenue, la Zambie se classe toujours en 165e position sur 177, au classement de l'ONU des indices de développement humain (IDH) et les deux tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Le chef de l'Etat avait eu un accident de voiture dans les années 1990 et une première attaque cérébrale en 2006. Son mandat devait courir jusqu'en 2011, mais en raison de sa santé fragile, il avait indiqué ouverte en janvier la course à sa succession.

Son épouse Maureen a été pressentie pour lui succéder. "Je pense que j'appartiens au réservoir de futurs leaders", a-t-elle confié en février, tout en niant quelque ambition présidentielle.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher