topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

ALERTE - Coronavirus au Burundi : Kira Hospital annonce avoir déjà reçu « des cas très suspects de Covid-19 ». [@rib News, 27/03/2020] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Présidentielle au Burundi, le régime en ordre de marche Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

La Croix, 06/02/2020

Le général Evariste Ndayishimiye a été désigné candidat du parti au pouvoir pour succéder au président Pierre Nkurunziza lors des élections de mai. La tête change, pas le système.

Au pouvoir depuis 2005, Pierre Nkurunziza ne se présentera pas à l’élection présidentielle burundaise du 20 mai, comme il s’y était engagé dès 2018. Le choix du parti présidentiel, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD), s’est porté sur son secrétaire général, le général Evariste Ndayishimiye, lors d’une cérémonie présidée par Pierre Nkurunziza lui-même.

Un homme du maquis

Catholique de 52 ans, Evariste Ndayishimiye est perçu comme un homme plus ouvert que le président sortant. À la tête du CNDD-FDD, il a essayé de rétablir la confiance avec les partenaires du Burundi, adoptant un langage moins agressif vis-à-vis de l’occident, et faisant du développement et de la lutte contre la pauvreté ses priorités.

En 1995, il échappe de peu à la répression qui s’abat sur les étudiants hutus de l’université du Burundi. Il gagne le maquis en rejoignant les Forces de défense de la démocratie (FDD), la rébellion lancée par des Hutus burundais en exil après l’assassinat du président Melchior Ndadaye, fin 1993.

Nommé chef adjoint de l’état-major en 2003, puis ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, il devient chef du cabinet militaire de Pierre Nkurunziza, jusqu’en 2014, puis chef du cabinet civil. Un très proche, donc, qui, en 2016, est élu secrétaire général du CNDD-FDD.

Le vrai faux départ de Pierre Nkurunziza

Il se lance dans la campagne présidentielle sans grande inquiétude. Les partis de l’opposition, le Congrès national pour la liberté (CNL) d’Agathon Rwasa, et le Frodebu de Leonce Ngendakumana, affaiblis par la politique d’étouffement du parti au pouvoir et par leurs propres divisions internes ont peu de chance de faire le poids face à la machine de guerre du CNDD-FDD.

Seule véritable inconnue dans les mois prochains : le véritable rôle du président sortant. En cédant sa place, Pierre Nkurunziza se retirera-t-il de la vie politique ? Ou restera-t-il le maître à bord ? Le jour de l’investiture de son nouveau candidat, le CNDD-FDD a réaffirmé la place centrale de son leader historique, le proclamant à jamais, seul « visionnaire permanent » du parti. Le 22 janvier 2020, le conseil des ministres l’élevait au rang de « Guide suprême du patriotisme » tandis qu’il obtenait un bonus de 500 000 €, la construction d’une villa de luxe, un service de sécurité, les mêmes traitements que le vice-président de la République, et l’immunité de chef d’État en exercice.

Enfin, et peut-être surtout, il restera le président du conseil des sages du CNDD-FDD, l’organe qui prend les décisions les plus importantes pour le pays.

Des journalistes encore en prison

La nomination d’un successeur n’a pas changé la nature du régime en place. Pour l’heure, tout continue comme avant : la commission électorale est entre les mains du régime, la mission d’observation internationale n’est pas autorisée pendant l’élection, les exactions et les intimidations contre les opposants se poursuivent.

Plus de 80 permanences du CNL ont été détruites ou dégradées, plus de 200 militants ont été arrêtés depuis son agrément en février 2018, affirme l’opposition. Et il est toujours aussi difficile pour les journalistes de travailler dans le pays : le 30 janvier 2020, quatre d’entre eux étaient condamnés à deux ans et demi de prison et une amende d’un million de francs burundais (environ 530 dollars US).

« Ces condamnations font partie d’un schéma de répression par le gouvernement des personnes qui tentent de faire lumière sur des abus ou d’informer sur des sujets sensibles », analyse Human Rigths Watch (HRW). « Elles s’inscrivent dans un contexte de répression accrue à l’encontre des personnes perçues comme étant des détracteurs du gouvernement, à l’approche des élections prévues à partir de mai. Poursuites judiciaires, menaces et actes d’intimidation ont contraint de nombreux activistes et journalistes à cesser de travailler sur les questions sensibles en matière politique ou des droits humains, ou à quitter le pays. »

Laurent Larcher

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher