topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
"Le pouvoir reste la chasse gardée des militaires au Burundi" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

Le Pays, 27 mai 2020

VICTOIRE DU DAUPHIN DE NKURUNZIZA

Evariste Ndayishimie tient la feuille de route de l’armée !

 Les résultats de la présidentielle burundaise du 20 mai dernier, sont connus. Sans surprise, c’est le candidat du parti au pouvoir, Evariste Ndayishimie, qui l’emporte avec 68,72% des suffrages exprimés. C’est lui donc qui succèdera au pasteur-président, Pierre Nkurunziza, qui aura régné pendant une quinzaine d’années sans partage.

C’est ce dernier qui, du fait de sa boulimie du pouvoir, a mis le Burundi à feu et à sang, tant et si bien que nombreux sont les Burundais qui ont perdu la vie tandis que d’autres, pour sauver leur peau, ont pris le chemin de l’exil pour se réfugier dans des pays voisins. Et ce n’est pas tout.

C’est Nkurunziza, le désormais « Guide suprême éternel », qui a travaillé à mettre le Burundi au ban de la communauté internationale au point que le pays vit aujourd’hui en vase clos. A preuve, même ces dernières élections générales se sont déroulées à huis clos ; les observateurs étrangers ayant été déclarés persona non grata. Autant dire que le nouveau président aura fort à faire, tant les chantiers qui l’attendent sont immenses. Saura-t-il se montrer à la hauteur des défis ? On attend de voir.

Le pouvoir reste la chasse gardée des militaires au Burundi

Certes, il y a peut-être une lueur d’espoir pour les Burundais. Mais quand on sait que Evariste Ndayishimie dont on dit que le nom n’a jamais été cité dans des affaires de crimes, est un militaire, on doit se garder de tout optimisme béat. Surtout qu’on sait désormais qu’il a été imposé par le cercle des généraux proches de Nkurunziza, qui ne voulaient pas d’un civil à la tête de l’Etat.

C’est ainsi que le président de l’Assemblée nationale, un civil proche de Nkurunziza, qui aurait eu la préférence de ce dernier, aurait été écarté au profit de Ndayishimie. Pour quelle raison ? La réponse est simple. Conscients qu’ils ont accompagné le président Nkurunziza dans la répression sanglante des manifs consécutives au troisième mandat de ce dernier, les militaires ne veulent pas prendre de risque en laissant un civil prendre le pouvoir au Burundi. Car, non seulement ils pourraient perdre leurs privilèges, mais aussi ils pourraient se voir rattrapés par leur passé.

Mais avec le sieur Ndayishimiye, l’impunité leur est assurée ; surtout qu’en « visionnaire permanent », Nkurunziza gardera la haute main sur le système en place. La rupture dans la continuité, est-on tenté de dire. En tout cas, les choses sont claires. Le pouvoir reste la chasse gardée des militaires au Burundi, tant et si bien qu’il est difficile d’espérer l’instauration d’une véritable démocratie dans ce pays.

Tout se passe comme si les cas de l’Algérie et du Soudan, par exemple, où la nomenklatura militaire avait la haute main sur tout, n’ont pas servi de leçons au pouvoir de Bujumbura. Bien au contraire, le pays a raté le coche. Si bien que l’on se demande si Evariste Ndayishimiye aura des marges de manœuvre pour gouverner. En tout cas, on peut en douter. Car, comme on le sait, il tient la « feuille de route » de l’armée qui l’a mis au pouvoir. C’est pour cela que d’aucuns en viennent à se demander s’il était nécessaire d’organiser des élections dans la mesure où il apparaissait clairement que le vainqueur ne pouvait être autre qu’un militaire.

Evariste Ndayishimie aura beau troquer le treillis contre le costume cravate, les vieux réflexes militaires demeureront au détriment de la démocratie

C’était donc déjà écrit d’autant que sur les sept candidats en lice, seul celui du parti au pouvoir est issu de l’armée. Certes, ce dernier, pour se conformer à la Constitution burundaise, avait pris sa retraite. Mais comme on le sait, un militaire reste un militaire qui raisonne toujours en terme de rapport de forces. Il aura donc beau troquer le treillis contre le costume cravate, les vieux réflexes militaires demeureront au détriment de la démocratie.

Si des pays comme le Cameroun, le Congo Brazzaville, le Tchad, pour ne citer que ces exemples, ont mal à leur démocratie, c’est parce qu’ils sont dirigés par des militaires qui, habitués aux lambris du pouvoir, refusent de s’imaginer une autre vie en dehors des palais présidentiels. Et c’est malheureusement le danger qui guette le Burundi où, manifestement, les hommes en treillis n’ont qu’une seule préoccupation : défendre leurs intérêts et autres privilèges, fût-ce au péril de la démocratie et de l’Etat de droit.

Pitié donc pour le Burundi qui, du fait des turpitudes de ses dirigeants, se retrouve malheureusement abandonné par la communauté internationale. Ceci pouvant expliquer cela, on comprend pourquoi, en dehors des manifestations de joie des partisans et sympathisants du pouvoir, l’élection de Evariste Ndayishimie n’a pas suscité de réaction particulière chez les Burundais.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher