topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
L’ONU demande au Burundi de coopérer avec ses instances Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 14/07/20-19 – Source AFP

La Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi a appelé mardi le nouveau gouvernement à « briser le cycle de la violence » et à coopérer avec les Nations Unies.

Dans un communiqué, les Commissaires de l’ONU, dont le rapport final sera publié en septembre, ont exhorté le nouveau président burundais Évariste Ndayishimiye à démontrer « sa volonté de changement en coopérant pleinement » avec les mécanismes internationaux des droits de l’homme, dont la Commission, et à rouvrir le Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l’homme au Burundi.

La Commission de l’ONU est chargée depuis 2016 par le Conseil des droits de l’Homme d’enquêter sur des exactions commises dans ce pays d’Afrique de l’Est, mais le Burundi, dirigé alors par le président Pierre Nkurunziza, n’a jamais accordé aux enquêteurs l’accès au pays.

Depuis, Pierre Nkurunziza qui avait accepté de passer la main lors des élections de mai dernier est subitement décédé le 8 juin, à l’âge de 55 ans.

La crise politique profonde née en 2015 de la volonté du président Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir a fait 1.200 morts et poussé à l’exil quelque 400.000 Burundais.

Son successeur, Évariste Ndayishimiye a lancé quelques signes d’ouverture à l’intention de la communauté internationale.

La Commission met en garde la communauté internationale « contre un relâchement prématuré et à tourner la page comme si une élection et une transition politique suffisaient à garantir automatiquement l’amélioration de la situation des droits de l’homme à l’avenir ».

« Il faut plus qu’un nouveau président pour briser le cycle de la violence au Burundi », ajoute le communiqué, en soulignant que le nouveau gouvernement est « composé essentiellement de caciques du régime du défunt Président Nkurunziza, dont certains sont sous le coup de sanctions en raison de leur implication dans de graves violations des droits de l’homme ».

« Cette transition pourrait devenir une opportunité d’amélioration si le gouvernement prend des mesures concrètes pour y remédier. La communauté internationale doit rester vigilante », a souligné Doudou Diène.

La Commission de l’ONU rappelle que depuis 2015, les forces de sécurité et les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir CNDD-FDD (Imbonerakure), ont commis des exécutions extrajudiciaires, arrêté arbitrairement des personnes et violé, menacé et harcelé ceux qu’ils percevaient comme étant des opposants politiques, avec une impunité quasi totale.

Et « bien qu’aucune violence massive n’ait été documentée, le processus électoral a été caractérisé par l’intolérance politique et de multiples violations des droits de l’homme, avant et pendant la campagne électorale officielle, le jour du scrutin et après l’annonce des résultats officiels des élections », a relevé Doudou Diène.

 

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher