topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 

Burundi : HRW plaide pour la prorogation de la Commission d’enquête de l’ONU Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News03/09/2020 - Source Agence Anadolu

-Malgré les signaux positifs donnés par le nouveau gouvernement.

Le directeur de Human Rights watch (HRW) en Afrique centrale, Lewis Muduge, a déclaré jeudi, qu’il était trop tôt pour mettre fin à la Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi.

« Il y'a un certain optimisme que de nouvelles relations puissent être établies avec le président Evariste Ndayishimiye et son administration, afin de mettre en place des réformes respectueuses des droits humains », a-t-il reconnu, dans une publication sur le site officiel de HRW.

Cependant, a-t-il nuancé, ces espoirs ne devraient pas avoir pour contrepartie la fin d’un exercice indispensable : l’examen par un organe indépendant de la situation des droits humains au Burundi.

Cette plaidoirie intervient presque trois mois après l’investiture anticipée le 18 juin, du nouveau président de la République, Evariste Ndayishimiye, après la mort inopinée du président Pierre Nkurunziza.

Le directeur de HRW en Afrique Centrale rappelle d’ailleurs que 43 organisations de la société civile ont demandé, aux Etats membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU d’adopter une résolution prorogeant le mandat de la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi.

Au moment où on observe des signes de rapprochement entre Gitega et ses partenaires comme l’Union Européenne (UE), HRW estime que cette dernière devrait agir pour que le mandat de ladite commission soit renouvelé.

Pour Lewis Muduge, ce n’est pas le moment de relâcher la surveillance. « À ce jour, la Commission reste le seul mécanisme indépendant doté de suffisamment de ressources et d’expérience pour documenter, surveiller et informer sur les violations des droits humains au Burundi, et le seul qui ait pour tâche d’identifier les auteurs de ces violations et de mettre fin à l’impunité dont ils bénéficient », précise-t-il.

Il appelle, en outre, les Etats membres de l’UE à soutenir le renouvellement du mandat de ladite commission et de proposer des mesures spécifiques à même de faciliter le rapprochement escompté entre le Burundi et la communauté internationale.

Gitega n’a pas encore réagi à cette requête de HRW.

Créée en septembre 2016, pour enquêter sur les violations des droits humains et les abus commis au Burundi depuis la crise de 2015 née des contestations contre le 3ème mandat de feu président Nkurunziza, la commission d'enquête de l'ONU a publié, depuis 2017, plusieurs rapports concluant que des crimes contre l’humanité ont bien été commis dans le pays.

Des rapports qualifiés de mensongers et non fondés par le gouvernement du Burundi. Depuis 2017, le mandat de cette commission a, à chaque fois, été prorogé d’une année.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher