topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 
Burundi : Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News22/10/2020 - Source AFP

Soixante-cinq organisations de défense des droits humains et de la presse ont demandé jeudi la "libération immédiate et sans condition" de quatre journalistes du groupe de presse privé burundais Iwacu, emprisonnés depuis un an sur des accusation "sans fondement".

Les quatre journalistes - Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi - ont été arrêtés avec leur chauffeur il y a un an jour pour jour, le 22 octobre 2019, dans la province de Bubanza, où ils enquêtaient sur des présumés affrontements entre les forces de sécurité et un groupe armé venu de République démocratique du Congo (RDC).

Remis en liberté, leur chauffeur Adolphe Masabarakiza a été relaxé, mais les quatre journalistes ont été condamnés en janvier à deux ans et demi d'emprisonnement pour des infractions liées à la sûreté de l'Etat, une peine confirmée en appel en juin.

"Lors du procès, le ministère public n'a cependant produit aucun élément prouvant que les journalistes avaient été en contact avec le groupe armé", déclarent dans un communiqué ces 65 organisations.

Parmi celles-ci figurent Amnesty International, Human Rights Watch (HRW), la Fédération internationale des Droits humains (FIDH), le Comité de protection des Journalistes (CPJ), Reporters sans Frontières (RSF) et de nombreuses ONG africaines et burundaises de défense des droits humains et des journalistes.

"Leur détention continue pour des accusations sans fondement rappelle avec force, malgré les récents changements intervenus à la tête du pays, le manque de tolérance du gouvernement burundais en ce qui concerne le journalisme indépendant et la libre expression".

Le général Évariste Ndayishimiye a été élu le 20 mai à la tête de l'Etat, suscitant un bref et léger espoir d'ouverture au Burundi.

Il succède à Pierre Nkurunziza - décédé le 9 juin - dont la volonté acharnée de se faire élire en 2015 pour un troisième mandat controversé a plongé depuis son pays dans une grave crise marquée par des exécutions sommaires, disparitions, détentions arbitraires, tortures et violences sexuelles visant les voix dissidentes.

Iwacu est l'un des derniers médias indépendants au Burundi, qu'ont fui la plupart des défenseurs des droits humains et journalistes indépendants depuis 2015.

Avec la condamnation des quatre reporters, "les tribunaux envoient un message destiné à intimider et menacer les autres journalistes afin de les dissuader de faire leur travail et de dénoncer ce qui se passe dans le pays", estiment les ONG.

Le Burundi occupe la 159e place sur 180 du classement de la liberté de la presse établi par RSF, alors qu'il était considéré avant cette crise comme un des rares Etats de la région des Grands lacs à être doté d'une presse libre et indépendante.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher