topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le chanteur burundais Jean-Christophe Matata est décédé en Afrique du Sud Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Société

APA, 04-01-2011

Jean-Christophe MatataLes fans du chanteur burundais Jean-Christophe Matata sous le choc après la mort de l’artiste 

Bujumbura (Burundi) - Les fans de la musique burundaise sont sous le choc après la mort dimanche dans un hôpital en Afrique du Sud, du célèbre chanteur Jean-Christophe Matata qui a rendu l’âme après avoir animé une soirée animée la veille du nouvel an.

Né en 1962 dans le quartier déshérité de Kinama, dans la commune urbaine de Bujumbura (Mairie) la capitale du Burundi, Christophe Matata a commencé sa carrière musicale très jeune, à l’âge de 18 ans, et réussit à s’imposer devant le public par ses propres compositions.

En 1986, il s’installe à Kigali (capitale du Rwanda) et entame sa carrière solo. Il s’affirme en tant qu’auteur-compositeur-interprète, dès la sortie, en avril 1987, de son premier album intitulé « Amaso akunda’ Ntabona neza » (les yeux amoureux ne voient pas bien) qui devint un hit dans les pays des Grands lacs.

Puis suivront, « Ihorere Ntusarare » (Ne pleures pas) en août 1987 et « Umpora iki ? » (Pourquoi tu m’en veux ?) en décembre de la même année et « Murantunga » (vous allez m’excuser), sorti en août 1988. Grâce à la richesse de ces albums, il est encore plus remarqué sur la scène internationale et devint finaliste du concours Découvertes 89 de Radio France Internationale (RFI).

C’est avec regret que Jean-Christophe Matata quitte le Rwanda en 1990 quand la guerre éclate dans ce pays et rentre à Bujumbura. Son cinquième album « N’I Nyagasambu rirarema » sort en décembre 1990 et lui vaut le titre de chanteur Numéro 1 du Burundi suite à un sondage réalisé auprès d’un large public par le Journal "BONEKA" (Paris-France).

Installé en Belgique depuis fin 1991, plusieurs manifestations ont bénéficié de sa participation bénévole tant en Europe qu’en Afrique et au Canada. On a eu l’occasion de l’applaudir aux Halles de Scharbeek (Bruxelles), à l’occasion de la Journée de la musique de La Louvière (Belgique) ainsi qu’au Festival d’été de Maubeuge (France), au Festival International des Cultures Africaines (FICA), à Montréal au Canada, etc.

Le Haut Commissariat des Droits de l’Homme à Genève ou la Banque Mondiale ont souvent fait appel à son talent pour porter le message de la lutte pour la Paix et pour le respect des Droits des enfants et des femmes.

Né poète et musicien, Jean-Christophe Matata a prouvé chaque jour qu’il valait encore plus que lui donnent les classements des hit parades.

Son premier album Amaso akunda lui a valu le titre d’ambassadeur de la musique du Burundi, le sixième l’a placé sur les hautes marches de la musique en Afrique Centrale et le huitième ‘’99% ZOUK’’ a magnifié sa capacité de marier le Reggae, le Zouk et bien sûr le rythme traditionnel à travers ce titre « NYEGERA CYANE » (serre-moi ).

Il était rentré sur sa terre natale en 20O9 où il avait installé son propre studio. Les fans qui l’attendaient en mars 2011 pour une tournée en France en compagnie d’autres chanteurs burundais, Steven Sogo et Riziki, sont devenus orphelins de sa musique.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher