topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le Burundi classé parmi les pays moins engagés en faveur des enfants Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 25/05/2011 – Source APA

The African Child Policy Forum (ACPF), un centre panafricain à but non lucratif de recherche en matière de politique et de dialogue sur l’enfant africain, a dénoncé mercredi à Dakar, lors du lancement de son rapport africain 2011 sur le bien-être de l’enfant, le non respect des engagements budgétaires des gouvernements africains en faveur des enfants.

« Nous sommes à la fois consternés et troublés par l’écart entre ce que nous disons et ce que nous faisons en Afrique pour nos enfants », a déclaré M. David Mugawé directeur exécutif d’ACPF. Pour lui, si l’Afrique souhaite atteindre des niveaux de vie meilleure et rivaliser dans l’arène internationale, elle doit investir en faveur de ses enfants.

« Ceci doit être reflété dans nos priorités budgétaires », soutient M. Mugawé.

Présentant le rapport, il a fait remarquer que dans l’éducation, en dépit du fait que l’Afrique a fait de grands pas à la fois aux niveaux primaire et secondaire, la région dépense moins de 3% des ressources mondiales sur l’éducation.

Ce qui laisse un nombre considérable d’enfants hors de l’école, indique le rapport qui signale d'autre part qu’il existe un très grand besoin insatisfait de protection sociale en Afrique (environ 80%) malgré le rôle important qu’elle pourrait jouer pour protéger les enfants vulnérables.

« Il s’agit du secteur le plus négligé sur le continent » révèle M. Mugawé.

Dans le domaine de la santé, le rapport montre qu’en dépit d’amélioration des dépenses, l’Afrique a encore un niveau relativement bas d’investissement avec la plupart des pays allouant entre 4 et 6% de leur budget national à la santé en 2008, bien en-dessous de l’objectif d’Abuja de 15%.

Le tableau de bord présenté par M. Mugawé révèle que les gouvernements de la Tanzanie, du Mozambique et du Niger sont les plus engagés sur le plan de l’utilisation du montant maximal de ressources disponibles pour le bien-être des enfants.

Il a cité parmi les 10 pays les plus engagés dans la lutte pour le bien être des enfants : le Gabon, le Sénégal, la Tunisie, les Seychelles, l’Algérie, le Cap-Vert et l’Afrique du Sud.

A l’autre bout de l’échelle, 10 pays sont classés parmi les moins engagés en matière d’utilisation de leurs ressources pour le bien-être des enfants : Soudan, Guinée-Bissau, Erythrée, RD Congo, Comores, Sierra Leone, Angola, Burundi et Centrafrique.

« Il faut affecter des crédits budgétaires suffisants dans les secteurs qui ont le plus d’impacts dans l’évolution des enfants », a soutenu Mme Agnès Kaboré, présidente du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant.

Selon elle, la conclusion majeure du rapport est que l’engagement d’un pays en faveur de ses enfants n’est pas nécessairement fonction de l’importance de ses ressources financières.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher