topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : nouveau code pénal entre progressisme et conservatisme Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

FIDH, mercredi 26 novembre 2008

 La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et son organisation membre au Burundi, la Ligue Burundaise des droits de l’Homme – ITEKA, accueillent avec satisfaction l’adoption d’un nouveau code pénal au Burundi qui consacre notamment l’abolition de la peine de mort mais regrettent fortement que celui-ci légifère sur la vie privée en pénalisant l’homosexualité.

Le 22 novembre 2008, le parlement burundais a adopté un nouveau code pénal commuant la peine de mort en servitude pénale à perpétuité et mettant ainsi un terme à un moratoire de fait en vigueur depuis 2001.

«C’est une grande victoire pour nous aujourd’hui. Cela fait de nombreuses années que nous luttons pour mettre un terme à la peine capitale dans notre pays, et ce, en dépit des nombreuses difficultés rencontrées. En grande partie, l’adoption de ce nouveau code pénal constitue pour nous un grand pas en avant», a déclaré David Nahimana, Président de la ligue ITEKA.

Ce nouveau code pénal prévoit également l’harmonisation en droit interne des dispositions des principaux instruments internationaux de protection des droits de l’Homme ratifiés par le Burundi, tels le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), la Convention contre la torture et autre peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ou encore la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

Ainsi, les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de génocide sont désormais reconnus en droit interne et réprimés, les actes de torture sont passibles d’au moins 10 années de prison et le viol d’au moins 20 années. Ces modifications permettent au système judiciaire burundais de connaître des crimes les plus graves et ainsi de répondre à l’impératif de protection des populations.

Si la FIDH et la Ligue ITEKA se félicitent de ces avancées importantes, elle regrettent fortement que ce nouveau code pénalise l’homosexualité et permette d’infliger une peine allant de trois mois à deux ans de prison ainsi qu’à une amende de cinquante à cent mille francs à toute personne convaincue d’avoir eu des relations homosexuelles.

«Cette pénalisation de l’homosexualité vient entacher le caractère progressiste de la réforme, à l’encontre de l’évolution du droit international des droits de l’Homme» a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH. Elle est notamment contraire aux dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par le Burundi et en particulier à son article 17 qui proscrit l’immixtion arbitraire dans la vie privée des personnes.

Ce nouveau code pénal doit encore être adopté par le Sénat cette semaine puis promulgué par le Président de la République du Burundi, M. Pierre Nkurunziza. La FIDH et la Ligue ITEKA appellent par conséquent les sénateurs burundais à tout mettre en oeuvre pour supprimer la pénalisation de l’homosexualité du nouveau code pénal.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher