topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Breaking News : ARIB.INFO PASSE EN MODE VACANCES POUR LA PÉRIODE ESTIVALE : Comme chaque année, La Rédaction d'ARIB.INFO lève le pied durant les mois de juillet et août avant de redémarrer à fond début septembre. La Rédaction reste toutefois attentif à l’actualité et, comme vous pourrez le constater, ne vous laissera pas sans Info cet été. Le flux d'actus sera juste moins dense qu'à l'accoutumée. Alors restez connecté ! Toute La Rédaction en profite pour vous souhaiter d'agréables vacances. [@rib News, 05/07/2019] ● Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : "Action urgente" d'Amnesty International pour Faustin Ndikumana Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

@rib News, 13/02/2012

 AU 44/12, AFR 16/001/2012, 9 février 2012

ACTION URGENTE

BURUNDI. DEMANDEZ LA LIBÉRATION D’UN MILITANT

Faustin Ndikumana, qui milite contre la corruption, a été arrêté le 7 février dernier et accusé d’avoir fait « de fausses déclarations ». Cet homme a affirmé que certains magistrats avaient accédé à leur fonction en versant des pots-de-vin à des responsables du ministère de la Justice.

Faustin Ndikumana est le président de l’organisation Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités. Il a écrit au ministre de la Justice pour lui demander d’enquêter sur la corruption dans le système de recrutement des juges et d’y mettre fin. Le 3 février, il a organisé une conférence de presse et s’est exprimé à la radio pour dénoncer la corruption qui règnerait au sein de ce ministère.

Le 7 février, il a été interpellé, interrogé par un magistrat au Tribunal anti-corruption et accusé d’avoir fait « de fausses déclarations » en vertu de l’article 14 de la Loi anti-corruption. Il risque jusqu’à 10 ans de prison ainsi qu’une amende pouvant aller jusqu’à 1 million de francs burundais, soit environ 585 euros. Il semble que cet homme ait été arrêté en raison d’une plainte déposée par le ministère de la Justice. Selon la loi, des entreprises et des associations peuvent également être poursuivies en justice et écoper d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions de francs burundais, soit environ 5 850 euros.

Faustin Ndikumana est actuellement détenu à la prison centrale de Mpimba, qui est surpeuplée et insalubre, à Bujumbura, la capitale du pays. L’incarcération de cet homme bafoue le droit burundais. En vertu de l’article 71 du Code pénal, la détention provisoire ne peut être utilisée que lorsqu’il est nécessaire de préserver les éléments de preuves, maintenir l’ordre public, protéger le suspect, empêcher de nouvelles infractions ou garantir que le suspect comparaisse en justice.

Amnesty International considère Faustin Ndikumana comme un prisonnier d’opinion, détenu seulement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. Son incarcération pourrait inciter d’autres militants de la société civile et les journalistes burundais à restreindre leurs activités et encourager l’autocensure, afin de se protéger de toute arrestation arbitraire.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES CI-APRÈS, en français, en anglais ou dans votre propre langue :

n      faites part de votre inquiétude quant au placement en détention de Faustin Ndikumana pour diffamation alors qu’il a dénoncé la corruption qui semble régner au sein du ministère de la Justice ;

n      exhortez les autorités à libérer cet homme immédiatement et sans condition, car il s’agit d’un prisonnier d’opinion détenu seulement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression ;

n      rappelez-leur que, le Burundi étant partie à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ainsi qu’au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, elles sont tenues de respecter le droit à la liberté d’expression.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 MARS 2012 À :

Président du Burundi

Pierre Nkurunziza

Président de la République du Burundi

Bureau du Président

Boulevard de l’Uprona

Rohero I, BP 1870

Bujumbura, Burundi

Fax : +257 22 22 74 90

Formule d’appel : Votre Excellence,

Premier vice-président

Thérence Sinunguruza       

Bureau du Président

Boulevard de l’Uprona

Rohero I, BP 1870

Bujumbura, Burundi

Fax : +257 22 22 74 90

Formule d’appel : Votre Excellence,

Copies à :

Ministre des Affaires étrangères

Laurent Kavakure

Ministère des Relations Extérieurs et de la Coopération Internationale

Bdg Grand Bureau, Bvd de la Liberté

BP 1840, Bujumbura, Burundi        

Fax : +257 22 22 39 70

Formule d’appel : Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Burundi dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.


COMPLÉMENT D’INFORMATIONS

Le Burundi possède une société civile très active qui continue de s’exprimer ouvertement malgré les efforts fournis par le gouvernement pour la faire taire. Les autorités utilisent le harcèlement judiciaire, les arrestations arbitraires et la détention provisoire prolongée, et sont à l’origine de graves violations du droit burundais, notamment en matière de procédures, afin de restreindre la liberté d’expression de façon abusive.

Le Burundi est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques et à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, deux traités qui garantissent le droit à la liberté d’expression. En droit international, il est bien établi que les représentants de l’État doivent avoir davantage de tolérance à la critique que les simples citoyens.

Néanmoins, dans ce pays, les militants de la société civile, les défenseurs des droits humains et les journalistes sont souvent accusés de diffamation ou d’avoir fait de fausses déclarations. Il en résulte fréquemment une détention provisoire prolongée, dont le but apparent est de réduire les détracteurs du gouvernement au silence. Juvénal Rududura, vice-président du syndicat du personnel non magistrat du ministère de la Justice, a été incarcéré en septembre 2008 pour fausses déclarations. Cet homme a lui aussi affirmé que le système de recrutement du ministère de la Justice est corrompu. Il a été détenu pendant 10 mois sans jugement avant d’être libéré ; les charges pesant sur lui n’ont jamais été officiellement abandonnées.

L’indépendance du pouvoir judiciaire au Burundi est régulièrement compromise par des ingérences politiques. Dans son rapport de mai 2011, Fatsah Ouguergouz, expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Burundi, a déclaré que les manquements au principe d’indépendance étaient l’une des principales faiblesses du système judiciaire burundais.

Nom : Faustin Ndikumana

Genre : homme

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher