topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : Réunion du directoire politique de la médiation de paix Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

RFI, 09/06/2008

Les envoyés spéciaux de l'ONU, de l'Union européenne et de l'Union africaine participent aussi à cette réunion qui commence ce lundi en présence du leader des FNL, Agathon Rwasa, à Sun City (Afrique du Sud).

La communauté internationale se penche donc à nouveau aujourd'hui sur l'état du processus de paix burundais, à Sun City, en Afrique du Sud, aujourd'hui et demain, avec une réunion du directoire politique élargi aux envoyés spéciaux de l'ONU, de l'Union européenne et de l'Union africaine ainsi qu'au chef de la dernière rébellion burundaise, Agathon Rwasa. 

C'est le chef des FNL lui-même qui a lu, hier, à l'arrivée de la délégation burundaise en Afrique du Sud, un communiqué commun des deux parties burundaises appelant la communauté internationale à continuer de parrainer la facilitation des accords de paix. La cessation des hostilités signée à Bujumbura le 26 mai a relancé l’espoir d’assister à une paix durable au Burundi, mais il s’agit d’un travail de longue haleine.

« Nous ne pouvons plus faire marche arrière, nous sommes ensemble pour aller de l’avant » a déclaré le représentant du gouvernement du Burundi Pasteur Ndayishimiye, avant d’ajouter : « C’est un signal fort que nous envoyons à la communauté internationale ».

Pierre Nkurunziza reprend la main

« Le président a renversé la situation de façon spectaculaire... Mais ses méthodes parfois expéditives inquiètent, et ses adversaires n'ont pas dit leur dernier mot... »

Agathon Rwasa - Chef des FNL

« C'est faux et archifaux de dire que les FNL recrutent. Au contraire, les gens sont traqués, il suffit d'être quelques uns à partager un verre et on est accusé de tenir une réunion politique. Ce sont des méthodes d'intimidation du gouvernement, des méthodes qu'il faut décourager ».

Mais le message aurait été encore plus fort si le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, avait choisi de prolonger sa visite de travail en Afrique du Sud pour y rencontrer le chef de file des FNL. « Il soutient la rencontre, nous sommes ses mandataires » a répondu Ndayishimiye.

Les FNL pour leur part ont indiqué qu’elles avaient rédigé une lettre destinée au directoire, qui décline à quelles conditions le groupe rebelle acceptera de désarmer et démobiliser ses troupes avant leur réintégration au sein des corps de polices et de l’armée. Ces conditions portent essentiellement sur deux points, qui sont des points d’achoppement, et pas des moindres : l’immunité des troupes, et la reconnaissance officielle de l’organisation par le gouvernement.

Pretoria est conscient du chemin qui reste à parcourir, si l’on en juge par les déclarations de l’ambassadeur sud-africain Kingsley Mamabolo : « Sur le Burundi, nous commençons à sentir que nous savons où nous allons ». De son, côté, Agathon Rwasa a réfuté ce week-end les accusations du gouvernement burundais, qui dénonçait samedi la poursuite de recrutements massifs par les FNL.

Enfin, à Bujumbura, le président Nkurunziza semble avoir repris la main, après avoir eu des difficultés : il a récupéré une majorité parlementaire, a fait taire les leaders syndicaux et ne cède rien aux FNL.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher