topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] ● « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire] 

L’affaire Ruvakuki écorne un peu plus l'image du pouvoir burundais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Droits de l'Homme

L’Observateur Paalga, 21 Juin 2012

Burundi : Le vilain tacle d’un prof d’EPS

« Le procès de la honte », c’est le cas de le dire, s’est achevé ce mercredi au Burundi. Le Tribunal de grande instance de la province de Cankuzo, après des audiences plutôt expéditives, s’est prononcé sur le sort des 23 détenus qui avaient eu le malheur de comparaître devant lui. Quatorze d’entre eux ont été condamnés à passer le reste de leur vie derrière les barreaux d’une prison pour « actes de terrorisme ». Condamné lui aussi à la perpétuité, le journaliste Hassan Ruvakuki, correspondant de RFI en langue swahili, n’a pu bénéficier de la moindre clémence de la part de juges bien décidés à sévir pour l’exemple, même au prix d’une procédure expéditive.

A l’origine de ses déboires avec les autorités de son pays, un scoop, autrement dit une info en or, que ce journaliste-là paiera, on le sait désormais, au prix fort. Tout a commencé en Tanzanie voisine, où Hassan Ruvakuki en quête, comme tous ses confrères, de matière première, s’était rendu incognito pour assister à la naissance d’un nouveau groupe rebelle burundais. Rien d’extraordinaire dans un pays qui en a vu bien d’autres.

On se souvient en effet, qu’avant d’être démocratiquement élu en 2005, le président Pierre Nkurunziza avait, en son temps, rejoint une autre rébellion, celle des FDD (Forces pour la défense de la démocratie). Engagé dans la guérilla, l’ancien professeur d’éducation physique, condamné à mort par contumace par les tribunaux de son pays pour sa responsabilité dans la pose de mines antichar, avait gravi les échelons de cette rébellion pour finalement en prendre la tête en 2001…

Un passé pas si lointain, que le président Nkurunziza, désormais drapé d’un léger voile de démocratie, préfère jeter aux oubliettes. Aujourd’hui à la tête d’un parti politique au passé trouble, l’actuel président ne sait que trop bien ce que représente, pour le pouvoir en place à Bujumbura, l’émergence du moindre des mouvements rebelles. A preuve, à peine fondé, voilà que ce nouveau mouvement rebelle s’est lancé dans une attaque, attirant sur lui et ses prétendus sympathisants les foudres des autorités burundaises.

Arrêté en novembre 2011 pour « actes de terrorisme », le journaliste, comme les 22 autres détenus, a dû subir les affres de la détention avant d’être achevé par le verdict du « procès de la honte ». Il aura payé très cher cette conscience professionnelle qui l’a mené au-delà des frontières de son pays, à la source même de l’information ; la perpétuité pour pas grand-chose, voilà en somme à quoi ressemble le vilain tacle que le prof de gym de Bujumbura fait aux principes de la liberté de la presse.

Qu’à cela ne tienne, Hassan Ruvakuki et ses codétenus ont la ferme intention de faire appel d’une décision sujette à caution. Leur seul espoir est que la justice, qui jusque-là n’a pas du tout brillé par son indépendance, fasse droit à leur demande et, surtout, qu’elle se prononce enfin comme il se doit, en toute impartialité.

H. Marie Ouédraogo


NdlR : L’Observateur Paalga est un quotidien d'information du Burkina Faso

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher