topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Une opération médiatique pour masquer un bilan dramatique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 24/09/2012

Bujumbura organise une offensive médiatique internationale d’envergure!

 Par Daniel Kabuto

Le Gouvernement du Burundi semble l’avoir enfin compris : il est insensé pour un Etat moderne de négliger voire pire de mépriser la scène médiatique internationale. Ceux qui attendent le gouvernement de Bujumbura comme un maçon au pied du mur ont intérêt à ne pas braquer leur regard sur New York ou Genève. L’Assemblée Générale des Nations Unies accorde la priorité aux dossiers comme le Mali, la Somalie, la Syrie, les Soudans et l’Est de la RDC. Certes, la conférence des bailleurs de fonds du Burundi est un rendez-vous très important puisque le gouvernement et le peuple burundais souhaitent obtenir le financement du Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté, CSLP bis. Et en ces jours de crise économique mondiale, le Burundi a besoin qu’on lui souhaite bonne chance!

La manne financière est très attendue à Bujumbura, tellement la dépréciation de la monnaie locale face au dollar américain prend une ampleur de plus en plus préoccupante. Pour un pays qui importe presque tout, il va sans dire que les hommes d’affaires ne savent plus à quel saint se vouer. Cette situation est propice à une flambée généralisée des prix des produits de première nécessité. Sans être prophète de malheurs, il est permis d’attirer l’attention sur cette situation d’autant plus que la récente mesure présidentielle de détaxation de certaines denrées risque de faire long feu. La société civile qui se plaît à récupérer la place de l’opposition se frotte déjà les mains ! Derrière l’alerte sur la vie trop chère, le soulèvement populaire est-il possible ? De l’avis des hommes des médias aux compétences reconnues, l’avenir du Burundi n’est pas aussi désespéré ! Arrêt sur une médiatisation d’Etat.

L’avenir du Burundi, c’est demain !

Ce n’est pas le titre qu’a choisi le journaliste belge Philippe Lamair pour son article « Heureux de vous revoir » dans le magazine « Spirit » mis à bord des vols de la compagnie Brussels Airlines. C’est plutôt le titre du film de reportage qu’une équipe belge a réalisé à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Burundi. Le film est à visionner à bord des avions de la compagnie Brussels Airlines, sur tous les vols en provenance ou en partance pour l’Afrique, pour les mois de septembre et octobre 2012.

Il faut noter que la compagnie aérienne belge offre plus de vingt-et-un vols à destination des villes africaines. Dans le magazine « Spirit », le guide TV aux pages 90 et 91 vous donne des indications pratiques pour ceux qui souhaitent découvrir : Burundi, l’avenir c’est demain ! Nous avons pris un réel plaisir à visionner le film. Qu’est-ce qu’il est frappant d’admirer le moral des dames qui vendent les fruits et légumes frais au marché central de Bujumbura ! Qu’est-ce qu’il est encourageant de voir la nourriture en abondance audit marché et de vanter de telles images à la ville et au monde ! Qu’est-ce qu’il est rageant de voir des militaires en exercices de combat ou de traque de l’ennemi tandis que la population, indifférente au danger, passe outre son chemin ! Et que dire de cette foule apparemment bien entretenue qui frappe le sol d’un pied confiant dans cette marche quasi martiale derrière le flambeau de la paix ? Que dire des chantiers de construction où le Chef de l’Etat communie avec une nation enthousiaste et très motivée ?

Le film revient sur les délices touristiques du Burundi, la fabrication d’un tambour au musée national de Gitega, la sculpture, la culture du café, du thé et du riz. Il fait une publicité inédite des paysages édéniques du pays des mille et une collines. En guise de bonus, on est admiratif devant la confiance en l’avenir qu’affiche le Président Pierre Nkurunziza, lorsque du haut de son vélo, il parcourt des kilomètres en saluant une foule nombreuse massée le long de la route. Une preuve que la paix est réelle au Burundi et que les lendemains meilleurs n’attendent que notre sens des responsabilités étatiques et l’amour du travail bien fait.

Retour sur scène

Le numéro 2697 de Jeune Afrique du 16 au 22 septembre 2012 réserve tout un dossier de 30 pages au Burundi. L’hebdomadaire international a intitulé ledit dossier « Burundi : retour sur scène » ! A quand remonte donc la dernière promotion médiatique du Burundi sur la scène internationale ? Bien sûr que mon ami Alain CAPO du magazine « Afriques » de Bruxelles ne serait pas du même avis que l’équipe de Jeune Afrique. C’est qu’en 2008, un dossier spécial Burundi a été réalisé par le journaliste établi en Belgique. Ledit numéro a eu beaucoup d’échos et du succès auprès des partenaires du Burundi en Belgique et dans le saint des saints de la diplomatie européenne.

Retour sur scène ? Oui sans nul doute, car le magazine Jeune Afrique a une très grande audience. Il a un tirage considérable et est distribué dans plus de quatre-vingt pays et mis à bord de plus de 40 compagnies aériennes. Avec ce dossier, le Burundi fait une rentrée très remarquée sur la scène internationale. Après cinquante ans de turbulences, il est grand temps que le pays renoue avec sérénité, sens des responsabilités étatiques et internationales. Il est grand temps que la pauvreté soit combattue par les armes de justice sociale, d’équité et transparence dans la gestion de la chose publique et des aides bilatérales et multilatérales.

Mais alors quelles leçons appelle cet extrait du prélude signé François Soudan : « Au pouvoir depuis 2005, le Président Nkurunziza, 48 ans, footballeur émérite, prédicateur explosif et ancien maquisard, est certes parvenu à ratisser au-delà de son socle ethnique, en nouant de bonnes relations avec le Rwanda de Paul Kagamé et en quadrillant les campagnes où résident plus de 80% de ses compatriotes. » Le poids des termes « émérite » et « explosif » et du verbe « quadriller ». Et qu’en pense l’opinion qui parle de disgrâce irréversible de Kagamé ?

Au-delà des images inédites des majorettes belles à croquer et des policiers disciplinés au boulevard de l’indépendance lors du défilé du 2 juillet 2012, le dossier « Retour sur scène » passe au crible les faiblesses et les atouts d’un pays qui a brisé les tabous et ouvre son économie aux investisseurs tous azimuts. Le moment venu, il serait judicieux d’évaluer les retombées de ce marketing et de faire en sorte que la promotion de l’image et des opportunités d’affaires du Burundi devienne une tradition et non un acte sporadique.

Une implication d’anciens Burundais de la diaspora

La réalisation du film mis à bord des avions de la compagnie Brussels Airlines n’aurait jamais été menée à bon port sans l’implication de monsieur Emmanuel Bamenyekanye. Il a exhorté l’équipe belge à tenir bon face aux tergiversations des interlocuteurs burundais. Il a servi de chauffeur, de guide et souvent d’intermédiaire jusqu’à la production du film.

Quant à la réalisation du dossier spécial Burundi dans Jeune Afrique, il faut saluer l’implication du Chef de Cabinet Civil du Président de la République pour convaincre les opérateurs économiques de saisir l’occasion pour faire la promotion de leurs affaires. Pour avoir côtoyé et soutenu mademoiselle Fatoumata TANDJAN qui a beaucoup souffert pour amener les chefs d’entreprises à joindre la parole à l’acte et surtout à comprendre que le temps c’est de l’argent, je me réjouis d’avoir contribué à la réussite du projet.

Bujumbura, le 24 septembre 2012

Daniel KABUTO, Ecrivain et Consultant indépendant.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher