topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Cinq universités privées sommées de fermer au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Education

PANA, 22/01/2009

Kibeya SaidiBujumbura, Burundi - Le ministère burundais de l'Education nationale et de la Recherche scientifique a saisi toutes les instances administratives et judiciaires habilitées du pays pour procéder à la fermeture de cinq universités privées travaillant dans la clandestinité totale pour avoir ouvert leurs portes sans autorisations préalables et sans ressources humaines ou matérielles nécessaires, a-t-on appris jeudi de source officielle à Bujumbura.

Les universités en cause sont de création récente et manquent de personnels enseignants qualifiés et suffisants, de matériel et d'infrastructures adéquats pour fonctionner normalement, a indiqué à la presse, le ministre de l'Education nationale et de la Recherche scientifique, Saïdi Kibeya, en citant les plus connues à Bujumbura, Ntare Rugamba et UNILAC.

Dans certains cas, les demandes d'agrément ont été carrément rejetées, dans d'autres, elles n'étaient même pas recevables parce qu'il s'agissait simplement d'universités privées de droit congolais, s'est-il expliqué.

La demande d'autorisation est aussi valable dans le primaire et le secondaire où, cependant, la même situation de foisonnement désordonné d'établissements scolaires à caractère privé s'observe et répond souvent au souci inavoué de se faire de l'argent en profitant du laxisme ou de la complaisance des pouvoirs publics, a tenu à préciser le ministre Kibeya.

Concernant toujours l'Enseignement supérieur, le Burundi compte actuellement une dizaine d'universités privées dont la pionnière a vu le jour en 2000 sur l'initiative d'un groupe d'intellectuels, de responsables des collectivités locales, d'hommes d'église et d'opérateurs économiques.

L'objectif avoué par les fondateurs de l'"Université des Grands Lacs" était d'épauler le gouvernement du Burundi en matière d'éducation et de formation de futurs cadres du pays.

Le Nord, le Centre et Bujumbura, la capitale du Burundi, ont ensuite emboîté le pas au Sud en créant à leur tour des universités privées.

Le pays n'a, par contre, pas évolué en ce qui concerne la multiplication d'universités publiques et compte toujours sur celle de Bujumbura dont la création remonte à l'année 1964 avec un petit effectif de départ de moins de 200 étudiants répartis en deux facultés de Philosophie et Lettres, ainsi que celle de Sciences.

Aujourd'hui, l'Université du Burundi compte près de 10.000 étudiants répartis en 8 facultés et 5 instituts qui délivrent des diplômes de licence, ingénieur et docteur en Médecine.

Les effectifs de l'ensemble des universités privées avoisineraient, par contre, moins de 5.000 étudiants, dont de nombreux recalés de l'Enseignement supérieur public réputé plus rigoureux et sélectif au Burundi.

Dans l'ensemble, l'Enseignement supérieur au Burundi reste marqué par l'un des plus faibles taux de scolarisation universitaire au niveau mondial, soit 1 étudiant pour 1.250 habitants, selon les études statistiques officielles disponibles.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher