topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Le chef de la rébellion burundaise renonce à la "lutte armée" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Politique

@rib News, 19/04/2009 – Source AFP

Le chef de la rébellion burundaise des Forces nationales de libération (FNL), Agathon Rwasa, a annoncé samedi renoncer à "la lutte armée" lors d'une cérémonie symbolique de "démobilisation" après plus de 13 ans de guerre civile, a-t-on constaté sur place.

"Je viens d'être démobilisé comme le stipulent les accords que nous avons signés avec le gouvernement (...) c'est la conclusion des négociations et du processus de paix", a déclaré à la presse Agathon Rwasa à la fin de la cérémonie, organisée dans un camp de rassemblement de ses combattants à Rubira, à une vingtaine de kilomètres de Bujumbura.

"Cette cérémonie signifie qu'on renonce à la lutte armée et qu'on va se consacrer à la lutte politique (...) les Burundais peuvent être tranquilles, nous n'allons pas reprendre la guerre", a lancé le chef des FNL, devant des représentants de la médiation sud-africaine, de l'ONU, de l'Union africaine (UA), du corps diplomatique et plus de 4.000 rebelles rassemblés depuis quelques semaines dans ce site.

Agathon Rwasa, jusqu'ici commandant en chef des FNL, a symboliquement remis son arme - un fusil d'assaut kalachnikov - à un soldat sud-africain, avant de subir un examen médical, puis d'être enregistré et de recevoir "carte de combattant démobilisé".

"Nous sommes satisfaits, car c'est un grand symbole si le chef de guerre accepte de déposer les armes, cela signifie que la guerre est finie", s'est réjoui le chef de cabinet militaire du président burundais Pierre Nkurunziza et représentant du gouvernement dans les discussions avec les FNL, le général Evariste Ndayishimiye.

La démobilisation du chef des FNL ouvre une semaine "cruciale" pour le processus de paix entre le gouvernement du Burundi et ce mouvement, selon la médiation sud-africaine.

"Les combattants du FNL seront désarmés par la Force spéciale de protection de l'UA (...) mardi le 21 avril, après le désarmement des combattants, le gouvernement procédera à l'agrément du FNL comme parti politique", a annoncé le général sud-africain Derrick Mgwebi. L'Afrique du Sud dirige une médiation pour mettre fin au conflit.

Des élections présidentielle, législatives et sénatoriales sont prévues en 2010 au Burundi.

Le Burundi tente de sortir depuis 2006 de 13 ans de guerre civile qui ont opposés l'armée, alors dominée par la minorité tutsie, à plusieurs mouvements rebelles hutus. Cette guerre civile a fait au moins 300.000 morts.

Depuis 2005, ce pays est dirigé par un pouvoir hutu élu. L'armée et la police sont désormais paritaires entre les deux ethnies et seule la rébellion des FNL n'avait pas encore déposé définitivement les armes.

Le gouvernement et les FNL avaient accepté le 4 décembre de lever les ultimes obstacles qui empêchaient la mise en œuvre d'un accord de cessez-le-feu signé en septembre 2006.

Selon un nouvel accord convenu la semaine dernière en Afrique du sud, 3.500 combattants rebelles vont être intégrés dans l'armée et la police et environ 5.000 autres seront démobilisés d'ici le 15 mai. Les autres membres des FNL rentreront chez eux avec une petite somme d'argent, selon cet accord.

"Je peux dire que cette fois nous sommes confiants que ce plan va marcher (...) Après une longue période de conflit, j'ai espoir que le Burundi va sortir de la guerre et devenir stable", a lancé le général sud-africain.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher