topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Casernement de 3.500 ex-combattants rebelles au Burundi Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Sécurité

PANA, 24/04/2009

Bujumbura, Burundi - Les 3.500 combattants des Forces nationales de libération (FNL, ex-rébellion du Burundi) retenus pour faire partie des différents corps de défense et de sécurité du pays se trouvent déjà dans les casernes de l'Armée régulière et de la Police nationales après un court séjour dans des centres de Désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR), a- t-on appris de source sécuritaire à Bujumbura.

Les camps militaires de Kamenge, au nord de Bujumbura et de Muzinda, plus à l'ouest de la capitale burundaise, ont accueilli, chacun, 1.050 ex- combattants rebelle appelés à faire partie de la force de défense nationale, à en croire le représentant de l'Etat burundais au Mécanisme conjoint de vérification et de suivi (MCVS) de la mise en application de l'accord global de cessez-le-feu liant le pouvoir central et les FNL, le général de Brigade Lazarre Nduwayo.

Quelque 1.400 autres ex-combattants rebelles ont été accueillis dans différentes brigades de la Police nationale, selon la même source.

Les 21.000 combattants que revendiquaient les FNL n'ont pas été tous retenus, ce qui suscite des grognes dans les rangs des recalés et des craintes d'insécurité dans la population.

Le général Nduwayo a tenté de rassurer l'opinion en avançant qu'il n'y avait plus de FNL à craindre dans le pays et que les forces de défense et de sécurité allaient en découdre avec les fauteurs de troubles à l'ordre public d'où qu'ils viendront.

Une somme de 100.000 Francs burundais (près de 100 dollars US) va être remise à chacun des 5.000 ex-combattants qui ont satisfait aux critères de démobilisation, a-t-on signifié du côté de la médiation sud-africaine dans le conflit burundais.

Les «démobilisés» qui posent des problèmes de réintégration sont ceux qui se sont faits enrôlés frauduleusement après la signature de l'accord global de cessez-le-feu de 2006.

La mise en application intégrale de l'accord de cessez-le-feu passe également par la réinsertion des cadres rebelles dans des postes de responsabilité.

Le gouvernement burundais en a promis en tout 33 et le porte-parole des FNL, Pasteur Habimana, a fait pression, vendredi encore, pour que ces postes soient enfin définis et répartis afin de faire taire la grogne également grandissante du côté des cadres rebelles.

A l'issue du programme de DDR, la FDN doit normalement compter 25.000 hommes et la Police nationale du Burundi (PNB) 15.000 éléments.

L'homogénéité manque cependant au sein de ces différents corps constitués d'éléments venus de sept ex-principales rébellions du pays et d'anciens combattants gouvernementaux ayant pris une part active dans la décennie écoulée de guerre civile au Burundi.

Certains partenaires étrangers se sont déjà engagés à aider le Burundi à avoir une Armée et une Police républicaines.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher