topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
La venue de l’Ambassadrice Samantha Power au Burundi heurte certains Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Opinion

@rib News, 06/04/2014

Samantha Power visite le Burundi dans une position délicate

Par Léa Kankindi

 Selon une dépêche publiée par l’Agence France Presse (AFP) ce samedi 5 avril, Samatha Power (photo, avec Barack Obama), l’Ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies visitera trois pays africains, le Rwanda, le Burundi et la République Centrafricaine (RCA), une visite qu’elle entame ce 6 avril.

Au Rwanda, Amb. Samantha Power y va pour participer à la célébration du 20ème anniversaire du génocide au Rwanda et est à la tête de la délégation onusienne. Comme elle l’a elle-même annoncé, elle ne va pas « en Afrique pour uniquement participer à la célébration du 20ème anniversaire du génocide rwandais mais pour mettre en exergue les tueries ethniques en République Centrafricaine et le possible retour à la violence au Burundi »

Cette déclaration de l’Amb. Samantha Power est intéressante sous deux aspects. Le premier est qu’elle constitue une réponse claire à l’endroit de ceux qui, ces derniers temps, scandent un slogan d’un autre âge, celui de « génocide politico – ethnique au Burundi. » La perception américaine ne situe pas ces épurations ethniques au Burundi mais en RCA. L’Amb. Samantha Power parle plutôt d’un « possible retour à la violence au Burundi ». Le deuxième aspect est l’interprétation qu’on ferait de cette conviction de Power que le Burundi « pourrait s’acheminer vers la violence ».

Si ce n’est pas une supercherie de sa part, Madame Samantha Power sait de quoi ou de qui elle parle. Elle connaît quelques uns des fauteurs de troubles au Burundi, pour les avoir côtoyés ou pour avoir souvent eu échos de leurs agissements. Son poste au sein des Nations Unies ne peut que la placer au centre du savoir. Le Burundi qui s’apprête à l’accueillir est loin d’ignorer ses antécédents.

Elections et violences étouffées

Au lendemain des élections communales de 2010, certains politiciens burundais ont préféré boycotter la suite des consultations électorales, arguant qu’il y avait eu fraudes. Néanmoins, les observateurs tant nationaux qu’internationaux ont validé ces élections qu’ils ont à l’unanimité jugées « libres, apaisées et transparentes ». Les Nations Unies ont également endossé les résultats de ces élections de 2010, lors d’une visite du Secrétaire Général des Nations Unies au Burundi, dans la fraicheur des faits, au lendemain des élections communales, le 9 juin 2010.

« Je tiens à vous féliciter de ce que vous avez réussi à faire jusqu'à présent. Ces réussites sont avant tout le fruit de votre travail, le résultat d'un effort dirigé au niveau national et animé par la volonté d'en finir pour de bon avec un passé perturbé, afin d'instaurer la paix », a indiqué Ban Ki-moon se basant sur les élections en cours dans le pays et qui ont été marquées par une forte participation de la population.

L’actuelle ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU n’ignore donc pas ce qui s’est passé par la suite. Agathon Rwasa, alors président du parti Front National de Libération (FNL) et Alexis Sinduhije président du parti Mouvement pour la Solidarité et le Développement (MSD) ont lancé des actes de terrorisme et de violence, brûlant les permanences du parti au Pouvoir et lançant des grenades dans des lieux publics. Ces actes ignobles n’ont pas fait long feu, car la Police a pu déjouer tous les plans de déstabilisation, permettant la poursuite des élections et la sécurisation même des électeurs.

Agathon Rwasa et Alexis Sinduhije se sont alors volatilisés dans la nature. Ils seront à plusieurs reprises cités dans divers rapports des experts des Nations Unies comme étant des déstabilisateurs de l’Est de la République Démocratique du Congo et du Burundi, étant en train de former des bandes armées pour attaquer le Burundi. L’un de ces deux individus, Alexis Sinduhije, aurait gardé un contact permanent avec l’Amb. Samantha Power. Et pour cause …

Samantha Power et Alexis Sinduhije : une relation qui gêne

Pour rappel, l’Amb. Samantha Power, américano–irlandaise, est une vieille connaissance, amie si vous voulez, de Alexis Sinduhije. Cet ancien journaliste a rencontré Samantha Power vers les années 1995 alors qu’elle était elle aussi journaliste. De passage au Burundi en provenance du Rwanda, Samantha Power et Alexis Sinduhije ne tardèrent pas à nouer une relation tellement profonde qu’ils menèrent des projets en commun accord, comme la création, en 2001, de la Radio Publique Africaine (RPA) dont ils sont co-fondateurs. Samantha Power aidera à la mobilisation des fonds pour l’achat des équipements et l’installation des studios. Elle s’emploiera aussi à trouver un partenariat entre la RPA et la Voix d’Amérique, ce qu’elle réussira sans beaucoup d’efforts. Le point culminant fût le lobbying en faveur d’Alexis Sinduhije auprès du journal Time pour qu’il soit sélectionné parmi les 100 personnalités les plus influentes dans le monde, en vue de le préparer pour sa candidature à l’élection présidentielle de 2010.

Maintes fois déçue, mais …

Alexis Sinduhije a continué à décevoir son mentor. D’abord, il n’a pas su mettre à profit tous les efforts consentis par l’Amb. Samantha Power pour l’aider à devenir un présidentiable. Il a poursuivi ses frasques alcoolisées qui devinrent l’une des causes de son échec cuisant aux communales de 2010. Soupir ! Et puis, … il a été cité dans moult rapports des experts des Nations Unies, comme un fauteur de troubles à l’Est de la République Démocratique du Congo. Profitant de sa position de représentant des Etats-Unis auprès des Nations Unies, elle a essayé de le tirer d’affaires mais … très difficilement.

La dernière bourde de Sinduhije à la RPA, quand il a menacé un journaliste de licenciement en pleine émission–débat transmise en LIVE constitue une preuve tangible de son tempérament agressif. La honte bue, Alexis Sinduhije s’est excusé auprès des auditeurs et les membres de son parti, désemparés par les fréquents dérapages de leur « leader ». Le ridicule ne tue pas, dit-on.

Malheureusement pour lui, depuis qu’il est en politique l’échec est devenu son compagnon. Tout ce qu’il tente tourne au vinaigre. La dernière sortie du 8 mars lui a asséné un coup fatal. Oser prendre en otage des policiers, oser déclarer publiquement que son dessein n’est que la destitution des institutions démocratiquement élues, oser … Il a donc osé et cela ne peut que décevoir son mentor, à quelques semaines seulement de sa visite au Burundi, qui a déjà du mal à se défaire de ces vieilleries du passé.

Amb. Samantha Power est aujourd’hui dans une position délicate. En effet, comment arrivera-telle à défendre son protégé sans être considérée comme juge et partie ? Et surtout, plus grave, osera-t-elle se faire l’avocat d’un preneur d’otage quand on connait la position de l’Administration américaine face aux actes de terrorisme, et particulièrement aux prises d’otage ?

En voulant jouer au Rambo, Alexis Sinduhije se retrouve aujourd’hui dans la peau d’un fugitif, au grand désespoir de sa protectrice. L’ironie de l’Histoire serait que le Gouvernement burundais demande aux Etats-Unis de l’aider à traquer le terroriste Alexis Sinduhije. Ce qui serait bien légitime de la part d’un pays qui paie un lourd tribut dans la traque des terroristes d’Al Shebaab en Somalie. Quelle serait la réponse de l’Amb. Samantha Power à une telle demande ? Bien malin qui pourrait le dire.

Léa Kankindi

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher