topleft
topright

Melchior NDADAYE, Héros de la Démocratie & Prince Louis RWAGASORE, Héros de l’Indépendance

Feu Cyriaque SABINDEMYI, premier président de l'ARIB asbl


 

Umusambi (grue couronnée)

Sites touristiques

La Source du Nil : Petite pyramide à la fois indicative et commémorative, au sommet du mont Gikizi, à 2.145 mètres d'altitude. C'est au pied de cette montagne que surgit, d'abord frêle et timide, la source la plus méridionale du Nil, découverte en 1934 par l'explorateur allemand Burckhard Waldecker.

Pyramide "Source du Nil"

 

Au sud-est du Burundi, dans la province de Rutana, commune de Mpinga-Kayove, sur  la colline de Shanga, se trouvent les chutes et la grotte de Karera. Karera est constituée de quatre chutes d’eau qui sont d’une hauteur variant entre 30 et 60 mètres.

Les chutes de Karera

 

La Faille de Nyakazu, située en province de Rutana dans le Sud-Est du Burundi. L'histoire de cette faille débute en 1914, au début de la Première Guerre mondiale, Nyakazu était un poste militaire allemand construit pour contrôler toute la partie orientale du pays. Le plateau de Nkoma sur lequel il a été édifié aurait été, dit-on, entaillé par les bottes des soldats allemands en fuite devant les forces belges.

La "Faille des Allemands"

 

La "Pierre Stanley et Livingstone" à Mugere où l'explorateur Stanley rencontra le célèbre savant Livingstone le 25 novembre 1871.

Pierre 'Stanley-Livingstone

Les informations contenues dans les articles publiés sur ARIB.INFO ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Association ou de ses membres. [La Rédaction] – « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » [Voltaire]
Burundi : seuls 17,5% des enfants atteints du Sida ont accès au traitement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Santé

@rib News, 26/05/2014 – Source Xinhua

 Un rapport officiel sorti fin 2013 indique qu'environ 17,5% des enfants burundais du Sida ont accès au traitement du VIH pédiatrique, a révélé lundi Dr Damien Nimpagariste, directeur technique au Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil National de Lutte contre le SIDA (SEP/CNLS).

"Ce chiffre est assez bas s'il doit être comparé à celui des adultes qui dépasse 60%", a commenté Dr Nimpagariste, en marge d'un forum organisé par l'ONG africaine "Paediatric Aids Traitement for Africa" (PATA) en collaboration avec des partenaires burundais et rwandais sur la problématique de l'accès au traitement du sida pédiatrique.

Il a relevé qu'en 2013, sur l'ensemble des Burundais dépistés pour le VIH, seulement 4% des enfants de moins de 15 ans ont été dépistés. Ceci veut dire, a-t-il fait remarquer, que l'offre des services auprès des enfants en matière de lutte contre le sida pédiatrique reste en déça de ceux rendus en faveur des adultes.

Evoquant le faible accès à la prise en charge du sida pédiatrique au Burundi, Dr Nimpagariste a indiqué qu'en dehors du très peu de dépistage pour les enfants de moins de 15 ans, il y a une question d'éthique faisant que le dépistage ne peut pas être volontaire avant l'âge adulte. Donc, a-t-il expliqué, le dépistage des enfants doit être d'abord un engagement des parents en précisant que les enfants dépendent beaucoup du bon vouloir de leurs parents et de leurs tuteurs.

Pour remédier à cette situation, Dr Nimpagariste a plaidé pour l'organisation d'une large campagne d'adhésion des parents et des tuteurs au programme de dépistage en soulignant que cette bonne pratique est la porte d'entrée du traitement.

De son côté, le médecin-directeur du "Centre Médical Espoir de Kayogoro" (CMEK) et représentant légal de l'ONG burundaise "Initiative pour la Promotion de la Santé Rurale et le Développement" (IPROSARUDE), Dr Félix Harerimana, a affirmé que l'accès au traitement du sida pédiatrique se pose avec acuité en milieu rural par rapport aux milieux urbains.

L'accès géographique est une difficulté majeure pour les parents des milieux ruraux, obligés de parcourir beaucoup de kilomètres pour s'approvisionner en médicaments pour leurs enfants atteints du sida, a dit Dr Harerimana.

L'autre problématique est d'ordre nutritionnel parce que beaucoup de centres de prise en charge pédiatrique en matière de VIH sont dépourvus de moyens en appui nutritionnel, a-t-il fait remarquer. La grande implication négative de cette situation, a-t-il commenté, est l'inobservance thérapeutique.

Dr Harerimana a souligné cependant qu'au sein de l'Association nationale burundaise de soutien aux séropositifs et aux sidéens (ANSS) dont le siège est établi dans la capitale burundaise, la prise en charge des enfants atteints du sida est correcte grâce au bon suivi médical accompagné d'un appui nutritionnel.

 
< Précédent   Suivant >

Les Grands Hommes

Paul MIREREKANO, Martyr de la lutte pour l’émancipation des masses paysannes & Pierre NGENDANDUMWE, Martyr de la lutte pour l’unité nationale
Mirerekano/Ngendandumwe

Les Monuments

La Place de l'Indépendannce à Bujumbura

Place de l'Indépendance

 

Monument de l'Unité nationale, à Bujumbura

Monument de l'Unité


Mausolée du prince Louis RWAGASORE, sépulture du héros de l'Indépendance nationale

Mausolée de Rwagasore

Les bureaux de la Présidence du Burundi

Présidence

Palais de Kigobe, siège de l'Assemblée nationale

Assemblée nationale

Siège du Sénat

Sénat

Les partis politiques

Majorité
Opposition
Maintenance: Synexis Agence Web
www.arib.info - Site web de l’ARIB asbl
Copyright © ARIB.INFO 2002 - 2018

parking aéroport pas cher